Translate

http://haratine.blogspot.fr/

Loading...

vendredi 24 février 2012

Un deuxième sit-in à l’ambassade de Mauritanie à Paris pour soutenir les étudiants emprisonnés



photo2
Des organisations estudiantines dont le MAPROM, regroupées sous le nom du "Collectif des étudiants Mauritaniens à l'étranger"  ont organisé un sit-in ce vendredi 24 février  2012 à l'ambassade de Paris de 10 h à 13h, pour dire non à cette injustice, pour dire non aux déferrements en prison des étudiants injustement accusés d'implication dans l'incendie des bus de transport public.

 Nous lançons un appel solennel à tous ceux qui sont épris de justice de descendre pour dénoncer cette mascarade.

 Voici leur communiqué :
                      COLLECTIF DES ÉTUDIANTS MAURITANIENS EN FRANCE

photo

Bientôt un mois que, la famille estudiantine traverse l'un des moments les plus troubles en Mauritanie.
Des étudiants de l'université de Nouakchott, depuis le 30 janvier, revendiquent l’augmentation et la généralisation des bourses, ainsi que l’octroi d’un Master2 pour les étudiants de 4é année, ce qui est légitime et normale pour un syndicat universitaire; mais hélas, l'administration universitaire et le système raciste ne voyant pas d'un bon œil ces requêtes, la police s'est mis à réprimer sévèrement ces braves étudiants, bien que le droit de grève soit garanti par la loi.
 La police porte étendard du despotisme, arrête, persécute tous les jours, des étudiants grévistes, plus particulièrement ceux du SNEM (Syndicat National des Etudiants Mauritaniens) en usant de tous les moyens illégaux et anticonstitutionnels.

 Le dernier en date remonte au 14 février où les étudiants, qui manifestaient contre les détentions arbitraires de leurs compatriotes, ont vécu de nouvelles arrestations du régime de ce potentat.

Aujourd’hui nous nous indignons devant la détention arbitraire des six étudiants non libres dont on veut incriminer des actes qu’ils n’ont pas commis, si ce n’est qu’exercer leur droit de grève, ce surcroit garanti par la constitution mauritanienne.

photo4
Ces arrestations n'ayant aucune base légale, le collectif des étudiants mauritaniens à l’étranger, solidaire avec les étudiants qui revendiquent leurs droits légitimes :
 Exige la libération immédiate et anti conditionnelle de tous les étudiants détenus;
  • Exige l’arrêt de la procédure visant à les juger sur des actes qu’ils n’ont pas commis
  • Condamne la répression des manifestations pacifiques et les arrestations ciblées
  • La démission pure et simple des responsables de l'administration universitaire qui n'ont cessé tout au long des évènements de saper le droit des étudiants;
  • L'arrêt des tortures que subissent certains détenus et la poursuite des policiers commettant des actes d'interrogatoires barbares;
  • La prise en compte de toutes les revendications légitimes des étudiants;
  • L'arrêt des examens jusqu'à la réintégration de tous les étudiants exclus.

photo1Par la même occasion le collecte des étudiants mauritaniens interpelle et fait appel à toutes les forces vives de la Mauritanie à prendre leur responsabilité et sortir de ce silence coupable.
Nous sommes sur que l’administration universitaire fidele à sa fuite de responsabilité, au lieu de faire face à ses obligations c'est-à-dire répondre aux revendications dignes et légales des étudiants a délibérément voulu déplacer le problème pour se dérober de sa responsabilité.

Nous condamnons fermement, cette attitude irresponsable et indigne de l’administration universitaire et à tous ceux qui refusent de regarder et répondre de manière objective à ces revendications estudiantines.
Nous restons confiant et faisons appel à la lucidité des mauritaniens pour dire non a ces pratiques irresponsables pour discréditer des demandes légitimes des étudiants détenus de manière illégale.

                                                                                                                                                                                                               
 Paris
Le 24/02/2012
www.flere.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire