Translate

jeudi 28 juillet 2016

Les témoignages du président et vice-président IRA-Section Toujounine qui font froid au dos



Les témoignages du président et vice-président IRA-Section Toujounine qui font froid au dos, ils démontrent l’anarchie, le totalitarisme qui règne en Mauritanie actuellement. Des ordres sont donnés pour arrêter des citoyens sans raison, les conduire vers des lieux inconnus.  M. Maafoud Ould Habib et Sidi Ould Hamdinou  ont subi un véritable rapt en plein cœur de Nouakchott, ils ont vécu l’enfer du 20 juillet jusqu’au 27 juillet 2016. Leurs familles étaient sans nouvelles d’eux. Ils viennent de réapparaitre très affaiblis par les mauvais traitements et les conditions inhumaines dans lesquelles ils étaient jetés comme du bétail humain sans raison.  Ou-va-t-on dans ce pays ? Cela va continuer jusqu’à quand ?



Le témoignage de Maafoud Ould Habib: La police est  passée d'abord chez mon grand frère le mercredi 20 juillet 2016 à 00H. Ils ne m'ont pas trouvé là-bas. Ils ont beaucoup attendu avant de s'en aller. Le lendemain ils sont venus chez moi directement à Toujounine. C’est le commissaire de Teyarett 2 accompagné d'un policier de la Police Judiciaire, un nommé Brahim et un autre brigadier de la police. Ils m'ont emmené au commissariat Teyarett2. Le commissaire  dit: « nous n'avons rien contre toi et nous n'avons pas de questions à te poser. D'autres le feront,  j'ai tout simplement reçu l'ordre de t'arrêter ». Pendant 5 jours,  je suis resté là, parterre comme un animal sans être interrogé. A la fin du  5éme jour,  j’ai été conduit chez le directeur régional de Dar-Naim. Ce dernier m’a dit: « Nous avons eu l'ordre de t'arrêter , puis, il parait que vous préparez des activités visant à saboter le sommet arabe? » Mes empreintes et photos ont été prises. Ils m'ont certifié que si je remets pieds au commissariat pour n'importe quel motif, je serai emprisonné pour de bon.





Le témoignage de Sidi Ould Hamdinou : Dans la nuit du mercredi 20 juillet 2016 à 3H du matin. 6 personnes sont venues me chercher. La 6eme personne, c’était le commissaire de Toujounine 4 en personne. On m'a emmené dans une voiture noire fumée. Le commissaire a dit: « nous n'avons rien contre toi et nous n'avons pas de questions à te poser, d'autres le feront ». Le lendemain au environ de 2h du matin, ils sont venus me mettre les menottes et ils m'ont attaché à une grille suspendue. Je suis resté dans cette posture pendant 4 jours dont j’ai été  privé de sommeil, nourritures, d’aller aux sanitaires et à prendre une douche. Au bout du 4ème jour, je n’en pouvais plus, j'ai entamé une grève de faim. C’est là où  ils m'ont  retiré les menottes. Un policier de la Police Judiciaire m’a fait savoir qu'il y a mon ami qui est venu au service des renseignements. Il a donné ma filiation pour nous indiquer ou tu habites et nous a dit que tu prépares quelque chose pour saboter notre sommet arabe. Le commissaire a confirmé ce fait mais il dit que lorsqu’il m’a vu, il a démenti l'information. Mes parents sont venus dans le commissariat pour voir si j'étais là. Ils ont nié même que j’étais là attaché comme une bête de somme. Au 6ème jour, j'ai été conduit chez le directeur régional de Dar-naim. Il m’a dit: « nous t'avons arrêté pour prévenir d’un danger ». Je lui ai fait savoir que nous avons été toujours pacifistes et nous le resterons. Nous allons continuer le combat quelque soit le prix à payer. Le Directeur Régional a dit enfin: « nous avons reçu l'ordre de te libérer, nous avons ta filiation tes photos. La prochaine fois qu'on t'arrêtera pour n'importe quel motif tu seras emprisonné. »  C'est ainsi que j'ai été libéré le mardi 27 Juillet 2016 à 15h.



Voila comment le pouvoir terrorise les militants abolitionnistes, les militants des droits humains depuis l’accession au pouvoir  du général Mohamed Ould Abdel Aziz par un putsch. Tout est monté sur la base du faux et usage de faux, des renseignements pacotilles qui se basent sur les ragots de la rue , des femmes,  hommes sont arrêtés, torturés et certains meurent carrément au cours des séances de tortures initiées par les renseignements généraux sous la direction du général Mohamed Ould Meguett , qui s’est taillé le costume sur mesure d’une réputation d’être un cruel indétrônable lors des assassinats de soldats noirs les années 1989 jusqu’en 1991.  



Diko Hanoune

Un congres-man Américain ecrit au pouvoir Mauritanien à propos des détenus d'IRA



Le 15 Juillet, 2016 | Communiqué de presse
Washington -- Représentant Eliot L. Engel, Seconde personnalité du Comité Affaires Etrangères de la Chambre des Représentants a fait une déclaration aujourd'hui relative à la détention des militants anti-esclavagistes en Mauritanie :

"Je suis profondément préoccupé d’apprendre qu’en début de semaine, 13 membres de l’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie ont été détenus sur des accusations infondées, d’incitation à la violence, d’agression contre les forces de sécurité, et d’appartenance à une organisation interdite. Après une détention de plus d'une semaine sans charges ni contacts avec le monde extérieur, ces activistes ont comparu devant la Cour avec des signes d’abus physique -(torture).

"Selon le rapport du Département d' Etat sur le Trafic Humain, la Mauritanie est classée au niveau 3 -- ce qui signifie qu’elle est parmi les Etats qui commettent les plus graves violations en matière de trafic humain. En fait, le mois passé, le Président et le Vice Président, Biram Dah Abeid et Brahim Ramdhane ont reçu le TIP « Heroes Human Trafficking Award » des mains de  Secrétaire d' Etat John Kerry pour le travail qu'ils ont accompli. Dans ce contexte, les actions des organisations anti-esclavagistes, et les défenseurs des droits de l’homme devraient être saluées, plutôt que d’être punies. Et le gouvernement  de la Mauritanie a la responsabilité d’éliminer la pratique haineuse de l’esclavage, y compris une application des lois qui permettent de poursuivre les maîtres d’esclaves."

"J’exhorte les autorités Mauritaniennes à libérer immédiatement ces activistes qui sont détenus uniquement pour avoir défendus les droits de l’homme et combattus l’esclavage. Des organisations de défenses des droits de l' homme telles qu'  IRA et SOS Esclaves   doivent être autorisées à continuer à dénoncer des cas d' esclavage jusqu’à ce que cette pratique haineuse soit éradiquée en Mauritanie."

Déclaration de Représentant Eliot L. Engel relative á la détention des militants anti-esclavagistes en Mauritanie.
 
###

mercredi 27 juillet 2016

Mauritanie: Le manque d'indépendance de la CNDH souligné dans un rapport d'Alkarama et d'ONGs locales

En vue de l'examen de la Commission nationale des droits de l'homme mauritanienne (CNDH) par le Sous-comité d'accréditation (SCA) du Comité international de coordination des Institutions Nationales des Droits de l'Homme – qui se tiendra à Genève en novembre 2016, Alkarama ainsi que plusieurs ONGs locales* ont soumis un rapport faisant état du manque de conformité de la CNDH avec les Principes de Paris.

Le SCA a pour mission d'évaluer la conformité des Institutions Nationales des Droits de l'Homme (INDH) aux critères énoncés par les Principes de Paris qui énumèrent une série de conditions auxquelles doivent se conformer les Institutions Nationales de protection et de promotion des Droits de l'Homme (INDH) afin de garantir leur indépendance vis-à-vis du pouvoir exécutif ainsi qu'un fonctionnement harmonieux et efficace.

Les institutions totalement conformes à ces principes peuvent bénéficier du statut A, tandis que celles qui n'y sont que partiellement conformes se voient attribuer le statut B, voire le statut C pour celles qui ne sont pas du tout conformes.

Des pratiques sapant l'indépendance de la CNDH...

Si les réformes entreprises en 2012 ont renforcé le statut juridique de la CNDH en lui donnant une base constitutionnelle, Alkarama a constaté qu'en pratique l'indépendance de la CNDH vis-à-vis de l'exécutif demeure incomplète. Par exemple, la CNDH doit rendre des comptes directement et exclusivement à l'exécutif.

De plus, le processus de nomination des membres de la Commission manque de transparence et demeure in fine contrôlé par l'exécutif qui dispose du «dernier mot», y compris dans la sélection des membres représentatifs de la société civile. D'après de nombreux activistes des droits de l'homme consultés par Alkarama, les ONGs les plus actives et les plus critiques ont été écartées du processus de désignation, sans aucune justification. Cette exclusion avait poussé de nombreuses ONGs à publier un appel public en avril 2016 dénonçant le caractère exclusif et unilatéral du processus de nomination.

... et entrainant une défiance d'une part de la société civile

Cette image d'une CNDH proche de l'exécutif a entraîné une défiance de la part de certaines ONGs, notamment celles travaillant sur des sujets considérés comme sensibles tels que l'esclavage ou encore la torture. La Commission n'a en effet jamais dénoncé ces pratiques persistantes et choisi d'adopter la position gouvernementale, affirmant l'éradication complète de l'esclavage dans le pays, et félicitant les forces de sécurité affirmant que ces dernières ne faisaient pas recours à la torture, malgré l'existence de cas avérés.

Cette défiance a pu être observée par Alkarama dans les notes attribuées par les ONGs consultées sur les points suivants:(cliquez pour agrandir)


A la lumière de ces constatations, Alkarama a considéré que la CNDH n'était pas entièrement conforme aux Principes de Paris et ne jouait par conséquent pas le rôle attendu d'une institution dotée du statut A. Par conséquent, Alkarama lui a adressé huit recommandations visant notamment à lui permettre de renforcer son indépendance et la confiance des citoyens et de la société civile, à améliorer l'efficacité de son mécanisme de plaintes individuelles, à faire connaitre ce mécanisme auprès du grand public et à adopter une approche plus critique vis-à-vis du gouvernement.

*Le rapport d'Alkarama a été cosigné par les organisations suivantes : Association des Haratines de Mauritanie en Europe (A.H.M.E), Association des Ressortissants Mauritaniens pour l'Eradication des Pratiques Esclavagistes et ses Séquelles ARMEPES, Coordination des Anciens Militaires Mauritaniens en Exil (CAMME), Forum des Organisations Nationales des Droits Humains en Mauritanie (FONADH), Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA –Mauritanie), Organisation Contre les violations des Droits Humains en Mauritanie (OCVIDH), SOS-Esclaves et Touche pas à ma nationalité (TPMN).
Pour plus d'informations ou une interview, veuillez contacter l'équipe média à media@alkarama.org (Dir: +41 22 734 10 08).



Appel à la mobilisation: Procès des militants d’IRA- Mauritanie Mercredi 03 Aout 2016






مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية
INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE
IRA - Mauritanie



Procès des militants  d’IRA- Mauritanie 
Mercredi 03 Aout 2016


Appel à la mobilisation

Au nom du bureau exécutif de IRA, et à mon nom personnel appelle l’ensemble des responsables des sections de Nouakchott ainsi que ceux des coordinations régionales de l’intérieur du pays, à battre campagne pour une forte mobilisation des militants et sympathisants de notre organisation à l’occasion de l’ouverture à Nouakchott  le 3 Aout prochain du procès de nos camarades détenus d’opinion

A cette occasion nous remercions l’ensemble des organisations politiques, la communauté internationale et les élus du monde libre , mais aussi, la société civile et toutes les personnalités qui nous ont soutenu face à cette énième tentative des autorités esclavagistes et racistes de décapiter IRA- Mauritanie et d’entraver sa lutte pacifique pour l’émergence  d’une Mauritanie de justice et d’égalité

Nous attirons l’attention de tous sur la disparition, il  y a  de cela une semaine  de deux  militants de notre section de Toujounine ( Nouakchott Nord)  que la police à  capturer et amener vers une direction non connue. Il s’agit de Mahfoudh Ould Lihbib et Sidi Hamdinou.  A ce jour leurs parents et leurs avocats n’ont aucune nouvelle d’eux .Ainsi nous exigeons leur libération sans condition.

En fin, nous prenons à témoin le monde entier et lançons un appel à la classe politique nationale ainsi qu’à la communauté internationale de venir assister et observer  ce procès d’opinion.

Fait à New York le 26 Juillet 2016

Biram Dah Abeid