Translate

http://haratine.blogspot.fr/

Loading...

mardi 29 juillet 2014

Qu’est ce qui chatouille ces pseudos mi-figue mi-raisin de« Woulad Begnoug » dans l’affaire de Mohamed Vall Ould Youssouf ?

Le laudateur invétéré de Maawiya et Aziz, n'est pas un hartani Oulad Begnoug, il est hartani de la tribu Takarir dont le campement est depuis toujours à treize kilomètre de Rosso. Il était dans les rues de Nouakchott pendant les tueries de 1989, muni de son gourdin entrain de massacrer des noirs mauritaniens en plein ramadan avec des bandes de tueurs organisés, encadrés par les services de renseignements mauritaniens de l’époque. Il se dit instituteur depuis 1989 mais n'a jamais enseigné une seule journée dans une classe à cause de son investissement dans le sale boulot d'aboyeur griot des sanguinaires Maawiya et son élève faux général Aziz qui l’ont laissé en liberté après avoir commis ses forfaits criminels. Il perçoit des salaires d'instituteur qu'on lui verse toujours avec des payes des sinécures de plus, de l'argent du contribuable mauritanien contre zéro apport à la société civile. Aziz prétend lutter contre la gabegie de mon œil en tant que leur chef; mais il faudra que toutes les personnes de bonne volonté soutiennent le vieux esclave castré, M. Boutta pour l’extirper de l'esclavage de la famille de Mohamed Vall Ould Youssouf l'aboyeur des esclavagistes. Nous défions Aziz et ses aboyeurs d'emmener la victime Boutta à l'hôpital pour vérifier s'il est castré ou non ? Il faut que la communauté internationale sache que le faux général Aziz les ment et les trompe car en interdisant des ONG comme IRA, Aziz autorise d'autres ONG fantoches qui plaident pour la continuité de l’esclavage et l’impunité des esclavagistes, comme par exemple cette ONG enregistrée au nom de Mohamed Vall ould Youssouf, elle a été présenté par le gouvernement du faux général Aziz au département d’état américain, à l'union européenne et aux NATIONS UNIES comme une ONG active de défense des droits humains pendant que sa famille castre des esclaves en Mauritanie alors que la seule personne qui y adhère, est se sale aboyeur Mohamed vall ould Youssouf qui passe tout son temps dans des forums internationaux des droits humains à mentir, chez lesquels il voyage avec les moyens de l’état, des contribuables Mauritaniens. Il passe tout son temps à s'attaquer aux abolitionnistes, à nier l'existence de l'esclavage alors qu’il devait le combattre; maintenant ces institutions internationales, leurs instances policières et judiciaires, les mauritaniens doivent être sensibilisés sur son cas d'espèce de flagrant délit du mensonge d’état, faux témoignage devant les plus hautes instances internationales que l’état mauritanien parraine. Il y a aussi le coté crime contre l'humanité, esclavage et la castration dont Ould Youssouf est largement complice; nous avons une preuve vivante contre lui en la personne du vieux Boutta. La place de se criminel n’est pas dans les droits de l’homme à plus forte raison lui assurer la protection de l’état mais à la prison centrale de Nouakchott.

Diko hanoune

lundi 28 juillet 2014

Des pseudos Woulad M’Begnoug s’excitent pourquoi ?



Incroyable, franchement le ridicule ne tue pas certains mauritaniens, il serait même une sorte de thérapie pour eux. Depuis que j’ai remis se lâche nègre au service des esclavagistes maures, le nommé  Cheikh Vall Ould Youssouf à sa minable place de fumiste, une horde  d’hyènes s’identifiant comme appartenant à la tribu des Woulad bougnoules de begnoug sont surexcités. Je ne comprends pas pourquoi ils viennent mettre leur nez dans nos affaires haratine ? Ils ont renié leur appartenance à la communauté haratine pour rester esclave des maures en disant qu’ils sont, eux seulement des « arabes ou maures noirs » non haratine alors qu’ils la ferment dès à présent. Nous ne parlons pas des faux arabes ou maures noirs qui n’existent pas mais nous parlons des problèmes que rencontrent la communauté, la tribu ou l’ethnie haratine vis à vis des maures blancs. Je n’ai rien dit de mal à part rappeler l'histoire de se méchant crétin, le fumiste qui baigne dans des mensonges éhontés depuis quelques années à chaque occasion qui se présente à lui pour plaire à ses maitres esclavagistes. Oui je le dis, le premier amour de sa mère est un esclave qui s’appelle Boutta  et l’homme est en vie encore dans la commune de Rosso avant que son grand père barbare esclavagiste qu’il était le castre, ensuite son père est un esclave que sa mère a affranchis pour pouvoir l’épouser alors pourquoi  se même immoral Mohamed Vall Ould Youssouf vient nous dire  « que parler de la castration des esclaves en Mauritanie est un mensonge impardonnable; » ? De qui se moque-t-il ?

Diko Hanoune

dimanche 27 juillet 2014

Genèse familiale d’un esclave affranchis devenu un nègre au service de la machine esclavagiste, son nom est Mohamed Vall Ould Youssouf.



Qui est cet aboyeur, nègres de service Mohamed Vall ould Youssouf ? C’est l'un des grands laudateurs fumiste, nègre de service depuis au temps de Maawiya jusqu’au faux général Aziz , les plus invétérés et aboyeurs contre les militants abolitionnistes; un  hartani  de Rosso « se targuant d’être un maure ou arabe noir » qui a repris le flambeau traditionnel de ses anciens maitres maures et leur néfaste idéologie esclavagiste; sa mère est issue d'une famille haratine devenu esclavagiste; cette mère dont il est issu lui même, dans sa jeunesse, avait  aimé l'un des esclaves de sa famille, un esclave qui s'appelait Boutta;  lorsque le père de la futur maman de Mohamed Vall Ould Youssouf a appris que sa fille aimait son esclave au nom de Boutta, son grand père un hartani esclavagiste qui a repris les traditions esclavagistes maures a purement et simplement castré l'esclave bien aimé de sa fille à l'instar de la coutume des maures; mais, quelques temps après, le père esclavagiste et castreur d'esclaves décéda, sa fille, ex-amoureuse de l'esclave Boutta désormais castré, hérita tous les biens de son père, dont les esclaves; et c'est en se moment que la futur mère de Mohamed Vall Ould Youssouf, affranchit un autre esclave de son défunt père, qui s'appelle Youssouf, elle prend ensuite le soin d'épouser son désormais affranchis esclave.



Youssouf l'affranchis devient le  père des enfants de son ex-maitresse, une fratrie dont fait partie Mohamed Vall ould Youssouf;  le même  Mohamed Vall ould Youssouf devient l'un des aboyeurs négationnistes de l'esclavage le plus connu en Mauritanie, il fait ainsi d'une pierre à  deux coups:

Le premier coup s'est qu'il a pu approcher et gagner la confiance des deux dictateurs militaires mauritaniens, Maawiya et Aziz et le deuxième coup lui permet de refouler l'histoire de son père et de sa mère avec l'esclavage.



A noter aussi que Mohamed Vall ould Youssouf a été le premier à attaquer le président d'IRA-Mauritanie après son passage au Congrès américain, en disant que parler de la castration des esclaves en Mauritanie est un mensonge impardonnable; hors l'ex-esclave, castré il y a quelques décennies pour avoir aimer la mère de Mohamed Vall ould Youssouf, est toujours et jusqu'à maintenant, esclave dans la maison de la famille de Mohamed Vall ould Youssouf dans la ville de Rosso Mauritanie. Cette information est vérifiable chez cet aboyeur menteur à Rosso, puisque l’esclave victime de la castration par la famille Mohamed Vall Ould Youssouf est encore en vie à son service à Rosso.





En conclusion je vous renvoie à mes récents propos dans un article sur le racisme en Palestine.



« Vous voila frappez par la dure réalité chers hypocrites menteurs qui cherchent à tronquer l’histoire de vos victimes par lâcheté. Une langue ou culture ne peuvent déterminer l’identité d’un groupe d’individus, l’identité est définie selon l’histoire vécue, le passé et présent. Les haratine sont victimes de l’esclavage et du racisme des arabes dans le monde alors comment peuvent ils partager la même culture identitaire ? Nous n’avons pas la même histoire, nous ne sommes pas prêts à assumer les crimes contre l’humanité que vous avez   commis sur nous. Eh oui quand on accepte l’identité « arabe », il faudra assumer aussi leur histoire barbare alors que nous sommes leurs victimes non le contraire, comment cela est possible ? En nous imposant l’identité « arabe », on nous impose à admettre, légitimer  les crimes qu’ils ont commis sur nous d’où cette haine aveugle envers tout homme qui refuse l’arabité. Quand on veut brouter tranquillement la république en tant que haratni ou noir, il suffit de se renier en reniant ces propres ascendants pour voir aussitôt toutes les portes verrouillées, se déverrouiller automatiquement comme par miracle. Les maures sont rusés par les pratiques de l’esclavage, le racisme, la manipulation etc... Ne soyez pas naïf, les maures ne vous donneront jamais vos droits ni vous respecteront sans avoir établis un rapport de force qui menace sérieusement leur intérêt sur place et dans le monde. »



Diko hanoune

Les Soninkés, Leurs Pratiques Esclavagistes Déguisé de Kaédi à djeol



 
La communauté des descendants d'esclaves le sous joug de l’Esclavage Déguisé (ED) sont des personnes considérées comme des esclaves par un clan  minoritaire  de noms de familles féodales  de ce grand ensemble de l’ethnie Soninké d'une Bassesse non égalée. Ces deux ensembles antagonistes  vivent  dans un espace  très réduit dans une ville de la région du Fleuve Sénégal  appelée Kaédi ; capitale économique  une zone de vocation Silvio- agro-pastorale exclusive de  la Mauritanie

Ces descendants d’esclaves que nous sommes, quelque soit notre niveau de connaissances, soit au plan religieux ; au plan de la connaissance  universelle ou même si vous  êtes le plus riche du monde tu resteras un descendant d’esclave ne pouvant rien représenter, ni porter ou   ni endosser une responsabilité devant nos féodaux, supposés rester toujours nos maitres absolus à vie.

Un exemple insignifiant par rapport à la monstruosité et la cruauté frappants ;et plus révoltants de cette situation ;c’est un le cas d’un cousin nom  de famille de Traoré qui a un doctorat en Géophysique en chômage depuis tant d’années, la raison est qu’il y a une Interface mystérieuse ;qui est  un goulot d’étranglement (un mur de Berlin) entre notre communauté de descendants d'Esclaves et le pouvoir politique dans toutes ses sphères décisionnelles.

 Depuis la nuit de temps le pouvoir politique a toujours eu des répondants de tous les Soninkés (les esclaves +les féodaux)  comme dans toutes  les autres communautés, ce qui est la  règle dans la conduite ; et  la gestion du cosmos de la  Mère –Nature.

Mais nos répondants Soninkés choisis par nos  pouvoir politiques en question avec des mains invisibles  ne  sont pas tenus à faire faveur aux descendants d’esclaves (considérés comme des Esclaves) au grand risque  de  leur permettre de disposer de leur dignité ; leur liberté  de  leurs droits civiques  et leur indépendance socio-économique dans  toute  sa plénitude. Les pouvoirs ordonnateurs de tout ne sont jamais  édifiés sur cette pratique incompatible dans une cohabitation sensé  être saine; égalitaire, profitable pour les Soninkés dans l’entendement   des autres  composantes  de la Mauritanie.

Dans ce système taillé sur mesure  peut être en connivence avec les autorités administratives  en place la communauté des  descendants d’esclaves a été  toujours  méconnue ; excommuniée et restait  sans voix et sans droit  à l’écoute  sur les  questions nationales  « les consultations, les propositions, les opinions les idées; les projets; les nominations politiques; les brousses, les terrains, les domaines agricoles ; les logements sociaux ; les entreprises, les donations ; sur les financements  octroyés  aux ( coopératives ; de PME ;  de GIE ;   associations;  fondations, sociétés ; mutuelles ; groupements  etc.  »

 Tout cela ne peut pas nous profiter vu que ces  noms de familles descendants d’esclaves ont   été considérés des  Etrangers de notre propre ville Kaédi par les  autorités  publiques  en place; un fait  frustrant ; révoltant.

Face  à ce Mal Artificiel  si  je puis dire, nous avons fait preuve de discipline; de persévérance malgré  la  gravité  de la souffrance, le  mépris  entre notre peau et  notre chair  de cette communauté en attendant  ce jour.

Toutes les attributions, les actions ; les appuis multiformes de l’état sans discrimination  tendant à la recherche d’amélioration du bien être de tous les citoyens Mauritaniens ne nous concernent pas, nous descendants d'esclaves sans  aucun répondant ;ni sans assises dans  l’administration publique nationale  depuis nos grands pères sous le système.

Cependant, l’ESCLAVAGE DÉGUISÉ du temps actuel est plus complexe dans un pays  Musulman , démocratique où  nous  disposons d’une panoplie de cadres investis dans  différents  domaines  vouée  à la merci de  petits boulots , certains  au  secteur privé,  et d’autres au finish à la merci  de la débrouillardise dans le secteur informel. 

Cette communauté politisée ayant une forte base électorale, homogène, réelle ; disciplinée, la seule crédible à Kaédi  qui  est le plus beau fleuron  politique  des Soninkés  sans exception de Kaédi  en date de 1992 à ce jour -ci. 

Nos potentialité humaines  et ces compétences  ne peuvent pas  avoir  d’ incidences innovatrices  de changements significatifs escomptés de notre communauté de descendants d’esclaves considérés comme des esclaves dans la  gênes , le complexe .

Pour démasquer notre réalité quotidienne  au vue et au su  de  notre peuple sous la haute responsabilité de Son Excellence Monsieur MOHAMED OULD  ABDEL AZIZ  que  devoir  de citoyens  , jeunes cadres ; élite politique , poids politique des Soninkés  en recherche de l’authentification  de la reconnaissance expresse de notre identité ethnique ; notre citoyenneté de soninké de Kaédi et de Djeol nos droits civiques  que  nous nous faisons lire  sur cette situation confuse  auprès du pouvoir politique.

Notre société a trop souffert; continue de souffrir du joug de l’Esclavage Déguisé dans lequel notre identité culturelle ; notre nationalité, notre bafouée ; sans  droit civique. Notre authenticité des Kaédiens non reconnue  dans notre  propre vile (voir les 31 Grands Noms Familles Soninkés).

Les noms de familles dont sont issus les descendants d’esclaves formant une forte portion de l’ossature  de tous les Soninkés de Kaédi–Djeol, sa population effective de tous les  Soninkés  sans exception cohabitant  dans ces deux espaces de vie  (descendants d’esclaves et les féodaux)  nos maitres.

 A la lumière du chantier de la démocratie en plein essor   de  notre pays  que nous lançons cette plaidoirie en vue de sortie définitive de l’ambigüité de notre situation aussi cruelle et de donner une certaine clarté de la vulnérabilité globale du statut socio-économique de cette communauté des Descendants  d’Esclaves de Kaédi-Djeol  sous l’Esclavage Déguisé.

Enfin, nous avons tenu à dévoiler et l’exposer ouvertement notre sujet dans un monde civilisé  et plus que discipliné où la démocratie règne et régénéra en maitre absolu, où la justice fera beaucoup de mauvais perdants.

                                                




ESCLAVAGE DÉGUISÉ

Les descendants d'esclaves en question sont tous issus de 31 grands noms de familles.  Ils sont ces Familles Soninkés Authentiques de Kaédi et de Djeol victimes de l'ESCLAVAGE DÉGUISÉ aussi cruel.

Notre communauté n'est pas reconnue au niveau régional bien qu'elle est compose ou constitue la  forte base ethnique du point de vue population effective des Soninkés dans  ses espace de vie.

Cependant, l’ère de l'inaction se voit réellement révolue dans le chantier de la Démocratie fonctionnelle mise en place par le Président de la république Son Excellence Monsieur MOHAMED OULD ABDEL AZIZ ; dont le credo essentiel est l’assurance de la liberté d’expression en promotion  avec une vitesse de croisière sans précédent jamais connue gage du progrès loge certaine de notre plaidoirie.

Et nous nous sommes versés de la manière la plus officielle à faire reconnaitre notre identité ethnique de Soninkés authentiques de Kaédi -Djeol et notre citoyenneté Mauritanienne en quête de nos droits civiques pour trouver sans discrimination la place qui nous sied.

Pour ce faire, Je Dis et le Redis, nous sommes des descendants d'Esclaves engagés à soutenir de notre plaidoirie auprès nos Autorités Compétentes de tutelle avec sérénité et auprès de toute les institutions nationales ou internationales de défense de droit de l’homme..

Voir Liste de Grands  Noms de familles Soninkés- les descendants d’esclaves considérés comme  DES  ESCLAVES par les Autres Noms De Familles non inclus  dans notre grille Communautaire.  

 Prochaine sujet  traitera : Les  Femmes descendantes d’esclaves considérées comme Esclaves 

Quel Niveau d’instruction et d’opportunités d’activités entreprise,


Liste non exhaustive des Noms De Familles Soninké Descendants Des Esclaves de Kaédi EtDjeol. (31 Noms de familles)




Par Mr Aliou Sakhanokho : Le Secrétaire General de L’Association D’Appui Des Handicapés Physiques Et Mentaux (AHPM) de Kaédi .Gestionnaire des entreprises agricoles

Consultant Formateur-Facilitateur en création de micro-entreprises dynamiques pour l’ONG-Doulos Community International-Nouakchott

              Tel:00222 44189037&  00222 36362432                   Email : sakhanokhoa@yahoo.fr