Translate

http://haratine.blogspot.fr/

Loading...

lundi 1 septembre 2014

La presse mauritanienne et le conflit Nord-Malien !




La presse Mauritanienne accorde plus d’importance aux mouvements de l’AZAWAD dans le nord malien qu’aux problèmes internes des Mauritaniens pourquoi ? Plus étonnant encore, la majorité des journalistes francophones sont des noirs, peut on crier racisme ? Elle cherche inlassablement depuis des années à clouer le bec à toute ONG qui traite sérieusement des questions liées au racisme, à l’esclavage, aux inégalités par ascendance, à la féodalité, à la dictature etc.... comment cela est compréhensible dans un pays, on ne fait que chanter la liberté d’expression serait un acquis indiscutable?

J’ai du mal à comprendre la presse mauritanienne, qu’elle soit francophone ou  arabophone ; elle accorde plus d’importance aux  déclarations des mouvements MNLA, société civile de l’AZAWAD  qui manœuvrent dans le Nord Malien  surtout prônent la scission d’un pays voisin, malgré qu’il est considéré comme  pays « frère et ami » dont abuse le langage diplomatique des autorités mauritaniennes. L’association des haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E), née depuis en 2001,  bat un travail de titan sur les droits de l’homme, ces communiqués, déclarations et éditions des livres  sur les questions de l’esclavage, du racisme, la féodalité, les inégalités sont très appréciés par la presse internationale, africaine même maghrébine et pourtant, seule la presse mauritanienne censure leur travail pourquoi ? Comment peut-elle expliquer à l’opinion nationale et internationale le privilège de libre tribune qu’elle accorde aux mouvements étrangers de l’AZAWAD qui déstabilisent un pays voisin par rapport à une association Mauritanienne qui se bat pour qu’il y ait l’égalité entre les mauritaniens? L’association est reconnue par les autorités françaises, est ce que les mouvements qui agitent les armes dans le  Nord-Malien sont plus  reconnus que ça? Notre presse serait elle complice de se qui se passe dans le Nord Malien ? Pourquoi ces deux poids, deux mesures ? J’attends des explications des chefs de rédactions des journaux et des journalistes sur place.

PS/ Voila la dernière déclaration qui fait la lune des journaux Mauritaniens, vous remarquerez le responsable signataire du communiqué a deux numéros téléphones pour le joindre, un avec l’indicatif du Mali et l’autre de la Mauritanie, c’est vraiment navrant et cela démontre l’implication de certains mauritaniens dans le conflit au nord malien pour  déstabiliser le grand Mali voisin en toute impunité.

Organisation des Sociétés Civiles de l’Azawad (OSCA) : Communiqué relatif au processus d’Alger
Camps des réfugiés de M’béra, le 01 Septembre 2014,

« L’Organisation des Sociétés Civiles de l’Azawad »,

Le président, Abdoullahi Ag Mohamed El Maouloud

Téléphone : + 222 49 01 23 51 (Mauritanie)
+ 223 63 79 74 74 (Mali)

Diko hanoune
 

Redéploiement des FLAM en Mauritanie ; Le FLAM est mort ; vive les Faux Patriotes Commerçants (FPC)



Dans chaque organisation, parti politique, ONG, association ….il y`a un bilan à faire pour voir s`il a été un mouvement d'espérance, une perspective d’avenir, est ce qu`il a réveillé l`opinion, si ces projets politiques ont pu convaincre le peuple concerne pour s`y engager ou réengager à travers une dynamique d’espérance.

Quand nous négligeons les valeurs fondatrices de nos Mouvements qui ont été créé à cause des injustices, l`emprisonnement de certains de nos leaders, couter la vie a des milliers d`autres et envoyer certains à l`exil ; le Mouvement se transformera a un projet sur un socle fragile, ambigu, précaire et il va y régner qu`un climat dépressif.

Posons les priorités de l`échec de nos Mouvements, partis politiques ou organisations dans l`ordre et vous remarquerez a plus de 99% que le leadership occupera la première place.
La qualité du leadership est indubitablement le facteur le plus important pour l'opérationnalité mentale et morale du Mouvement. Il doit en permanence être adaptée aux changements à l’évolution des mentalités, au niveau individuel et à l’échelle de la société pour donner une impulsion positive au Mouvement et a facilité l’amorce d’un dialogue à travers la vision, la stratégie, la persuasion, la communication, la confiance et l'éthique.

Un passage du manifeste du Negros-Mauritanien opprime cite :
« Les négro-mauritaniens, et particulièrement leurs "dirigeants" (politiciens, bourgeois-compradores, intellectuels, cadres administratifs, etc.) sont historiquement responsables de leur situation de dominés. Face à une oppression qui se développe et se généralise, ils ont souvent choisi le refuge dans les solutions de facilité à la lutte, avec la formule : "j'en suis conscient, mais je n'y peux rien. »

Si Le 4 janvier 1966 les 19 élèves noirs des Lycée de Nouakchott ont conclu leur article par : « Jurons sur notre honneur de ne jamais transiger ni avec le devoir, ni avec la conscience, de ne jamais nous départir de nos positions justes et honnêtes, de nous maintenir dans ces positions jusqu'à la disparition totale de toute tyrannie, domination et oppression exercées sur la Communauté noire et jusqu'à ce que tout citoyen noir vive libre, digne et heureux en Mauritanie. »

En transformant les FLAM en FPC ; est ce que le système raciste, esclavagiste et Génocidaire a-t-il conclu un accord de respecter sans marchander les droits de chaque citoyen Mauritanien à travers l’égalité, la dignité humaine, faire cesser la torture, faire appliquer la justice sur les génocidaires, les esclavagistes et faire respecter les lois….?

Qu`en est-il du génocide d`Inal ? Walata ? Fosse de sori male et récemment Gnabina ?
Donc après plus de 30 ans de lutte tous ce bruit n`a servis qu`a changé LAM en PC !
Eskey Adunna : Koïta Fodié , Traoré Jiddou, Diop Mamadou Amadou, Sall Abdoulaye, Kane Nalla, Djigo Tapsirou , Murtudo Samba Diop , Kane Saidou , Sy Saidou, Ba Seydi, SARR Amadou, Inal , Walata, Jreida , Sori Male , les villages de Gourel Pé, Liradji, Marsel, Gourel Manadji dans la région De Sélibabi …….Wallahi la liste est longue , très longue….. Pourquoi L`ANC de Madimba n`ont pas changé le nom de leur mouvement et demander un récépissé de reconnaissance aux Blancs ? 

Apres plus de 20 ans a la tête de l`une des plus grandes organisations qui a fait trembler tous les systèmes de Dictature en Mauritanie, qui a couté autant de vie Humaine, de sang, d`humiliation, de femme veuve, d`orphelins et orphelines, de déportés, d`exilés …..Samba Thiam n`a trouvé comme formule Magique que les FLAM sont Morts vive le FPC que je vais appeler à partir d`aujourd’hui : les Faux Patriotes Commerçants.

Tant que c`est Samba Thiam qui est aux commandes des FLAM et avec les mêmes têtes qui le vénère, ils peuvent faire la combinaison de tous l`alphabet français, Arabe, peulh, Grec et chinois ; rien de magique ne va y sortir sauf le même climat dépressif d`échec.
Ce dont a besoin le mouvement des forces de libérations des Africains de Mauritanie FLAM, c`est un nouveau leader capable de guider, motiver la base, d'influencer et d'inspirer le peuple. Entouré de conseillers qui lui disent la vérité, garant de l`unité du mouvement et qui a le moral solide.

Nous sommes Tous des FLAMISTES, nous le resterons dans l`ADN, pour la cause, les principes et ceux qui ont donnes de leurs vies, leurs dignités, leurs courages et leurs sacrifices. Qu`Allah soubhanahou Wattaalla protège cet FLAM, que sa miséricorde et sa bénédiction illumine la tombe de tous nos martyrs ……

Nb : J`assume toute la responsabilité de cet article et je suis le seul responsable de son contenu.

Sy Abdoullaye Baba Sy Baton Rouge USA

Alerte : Les FLAM deviennent FPC



 
Les FLAM laissent désormais la place aux  forces  progressistes du changement (FPC). La décision a été prise par le congrès du mouvement, tenu à Nouakchott, les 29 et 30 août. Cette importante décision vient consacrer la renonciation définitive des FLAM à l’option armée  qu’elles envisageaient les premières années de leur existence. Les exactions commises dans la vallée contre les populations négro-mauritaniennes, entre 1984 et 1991,  justifiaient aux yeux des fondateurs du mouvement  cette option. Il subira les foudres du régime d’Ould Taya dont les forces armées et de sécurité se sont déchainées sur les populations de la vallée du fleuve Sénégal. Aujourd’hui, le contexte a changé et les FLAM ont décidé de sortir de l’illégalité pour combattre, par les idées, ce qu’ils appellent « le racisme d’état et  l’exclusion des noirs ».  
Le projet politique des forces progressistes du changement (FPC) repose sur des bases de partage, d’équité, de justice sociale  et de respect du droit à la différence.

Les textes réglementaires (statut et règlement intérieur) ont été approuvés par les congressistes. On suivra donc avec intérêt la réaction du ministère de l’intérieur qui, on se le rappelle  a déjà refusé de reconnaître l’aile politique d’IRA, appelée  RAG. A suivre.
Les congressistes ont également approuvé une résolution relative au projet d’autonomie régionale. Cette proposition vise « la refonte territoriale et  administrative du pays ».

Dans la même foulée, les congressistes attirent l’attention des pouvoirs publics sur les risques qu’ils font courir à  l’unité nationale par « la poursuite de la  politique d’exclusion des communautés afro-mauritaniennes et des harratines du pays », comme ils ont demandé «le rétablissement rapide des victimes de la déportation dans leurs droits et à régler le dossier du passif humanitaire en conciliant les besoins de justice, de réparation et du pardon pour une véritable réconciliation nationale. »

 Les congressistes ont aussi  condamné « la politique d’expropriation des paysans de la vallée », proposé que « la gestion de ses terres respecte le droit inaliénable  des terres (sans toutefois exclure les autres nationaux). Ils  ont exigé  une « réforme urgente » de l’Armée qui doit « refléter  tant  dans sa composition que  dans son corps de commandement les équilibres  ethniques de notre pays ».

 Les congressistes  se sont enfin félicités du succès de leur programme de redéploiement en Mauritanie.

Les mauritaniens manifestent contre la décision l’arabisation de l’armée mauritanienne



 
Les mauritaniens ont manifesté diverses réactions relatives à la décision de l’armée mauritanienne portant sur l’arabisation des correspondances et des décisions prises au sein des unités militaires ou entre les Etats-majors des armées et les unités relevant de leurs compétences.


Alors que certains ont fait part de leur satisfaction pour cette décision et appelé à sa généralisation, à toutes les circonscriptions administratives, d’autres ont plutôt exprimé leur opposition à cette mesure, prétextant le fait qu’arabiser l’administration, exclut la composante qui n’excelle pas dans la maîtrise de l’arabe, majoritairement noirs (parlent aisément le français et les langues nationales africaines).


Au milieu des craintes suscitées par cette mesure pour les citoyens ainsi que ses conséquences sur la cohésion de l’institution militaire, l’entrée en vigueur de cette décision s’est avérée difficile pour les correspondances militaires, malgré leur confidentialité au sein du corps.

Cette situation trouve déjà sa parfaite illustration dans le retard des salaires des éléments des forces armées mauritaniennes pour le mois d’août, à cause de l’application de la décision portant l’arabisation des correspondances et documents administratifs de l’armée mauritanienne.


C’est d’autant vrai si l’on sait qu’en situation normale, le paiement des salaires mensuels au niveau des forces armées et de sécurité s’effectue généralement les 22 et 23 de chaque mois, sinon auparavant si ces dates correspondent au week-end.

Les observateurs estiment que l’institution militaire se devait d’examiner la mesure dans tous ses aspects, de s’ y bien préparer avant la phase d’exécution, pour éviter tout impact négatif éventuel ainsi que pour manifester une finesse dans la mise en œuvre du projet d’arabisation de l’administration, du fait que la majorité des cercles administratifs s’inspireront de l’institution militaire pour réactiver l’article 6 de la Constitution mauritanienne, qui stipule que la langue arabe est la langue officielle du pays.


Par ailleurs, le sujet de l’arabisation de l’administration en Mauritanie crée une grande polémique en raison de son rejet des noirs et ironie du sort, l’actuel ministre de la défense Diallo Mamadou Bathia, ne maîtrise pas l’arabe, du fait qu’il est issu de la communauté noire.

Les observateurs craignent aussi les conséquences de l’adoption de l’arabe comme langue de travail dans les ministères et les départements gouvernementaux, sur l’unité des mauritaniens.

En effet, au moment où les arabes soutiennent l’arabisation de l’administration, les négro-mauritaniens estiment que cette décision dissimile des intentions inavouées destinées à les exclure et à asservir les cadres de leur communauté qui ne parlent pas l’arabe.

La duplicité de l’éducation adoptée par Mauritanie aggrave la crise ethnique et linguistique dans le pays, puisque l’enseignement est divisé en système entièrement arabisé, auquel adhèrent les fils de la communauté arabe et en système totalement francisé convoité par les noirs.

Article plagiat du site Points-Chauds 


Source : Ahmed Bettar, journaliste rédacteur en chef du site Rapide Info