Translate

http://haratine.blogspot.fr/

Loading...

dimanche 7 février 2016

La cour constitutionnelle devrait se prononcer sur le recours en cassation dans les 6 mois introduit par les prisonniers



La cour constitutionnelle devrait se prononcer  sur le recours en cassation dans les 6 mois introduit par les prisonniers otages abolitionnistes qui dure plus d'un an, mettre fin à cette prise d'otage illégale de Brahim Ould Bilal et Biram Dah Abeid en imposant une indemnisation des victimes par les autorités pour excès de zèle, abus de pouvoir de l’injection du général Aziz où se conformer, suivre la ligne désirée, souhaitée par l'exécutif du pouvoir en foulant par terre le texte constitutionnel, montrant qu’elle est inféodée avec l’exécutif.


Apparemment les autorités mauritaniennes refusent que la cour constitutionnelle se prononce, donne une réponse écrite aux détenus abolitionnistes et à leurs avocats pour bloquer toute procédure d’une possible plainte à partir des institutionnelles internationales, elles comptent maintenir  les détenus dans des conditions anarchiques jusqu’à l’écoulement de leur peine de 2 ans ensuite les jeter dehors comme des brigands dans la jungle ni vu ni connu au détriment de toute règle juridique,   des lois, traités et conventions internationaux.

Les détenus peuvent plus attendre, ils envisagent de passer à l'étape suivante, les délais ont tous explosés alors que des pères de familles innocents sont pris en otage en bafouant même la loi suprême du pays. Ceci devient inadmissible ni acceptable par n'importe qui.

Extraits du texte constitutionnel de la république islamique de Mauritanie :

"Considérant que la liberté, l'égalité et la dignité de l'homme ne peuvent être assurées que dans une société qui consacre la primauté du droit, soucieux de créer les conditions durables d'une évolution sociale harmonieuse, respectueuse des préceptes de l'islam, seule source de droit et ouverte aux exigences du monde moderne, le peuple mauritanien proclame, en particulier, la garantie intangible des droits et principes suivants :
- le droit à l'égalité
- les libertés et droits fondamentaux de la personne humaine ;
- le droit de propriété ;
- les libertés politiques et les libertés syndicales ;
- les droits économiques et sociaux ;
- les droits attachés à la famille, cellule de base de la société islamique."
Article 10 de la constitution:
"L'État garantit à tous les citoyens les libertés publiques et individuelles, notamment :
- la liberté de circuler et de s'établir dans les parties du territoire de la République ;
- la liberté d'entrée et de sortie du territoire national ;
- la liberté d'opinion et de pensée ;
- la liberté d'expression ;
- la liberté de réunion ;
- la liberté d'association et la liberté d'adhérer à toute organisation politique ou syndicale de leur choix.
- la liberté du commerce et de l'industrie ;
- la liberté de création intellectuelle, artistique et scientifique ;
La liberté ne peut être limitée que par la loi."

Diko hanoune

samedi 6 février 2016

Courrier remis à main propre à Maitre Aissata Tall Sall lors son meeting à Lyon-Villeurbanne. Lyon le 06 Février 2016



Excellence Maitre Aissata TALL Sall Députée Maire du Podor ;
Madame la députée Maire du Podor, je saisis cette belle occasion de votre passage à Lyon pour attirer votre attention sur les prises d’otages illégales, les arrestations arbitraires, séquestrations sans aucun motif suivi de tortures physiques par châtiments corporels et morales de nos camarades militants abolitionnistes et militants des droits humains par le régime Mauritanien. Tout cela se passe à vol d’oiseau de la république sénégalaise, depuis l’indépendance à nos jours au vu et su de tous les pays voisins : Sénégal, Mali, Maroc et Algérie ; l’esclavage se pratique encore à une très grande échelle sans que cela ne soulève le tollé des pays africains en général.

L’unique crime de nos camarades est d’avoir osé dénoncer publiquement les pratiques de l’esclavage antique, le racisme, la féodalité, les expropriations de terres des paysans pauvres noirs sur le long de la vallée du fleuve Sénégal dans le sud Mauritanien en faveur de l’agrobusiness arabe saoudien venant des pays du Golf.

Depuis le 11 novembre 2014, M. Biram Dah Ould Abeid qui a été distingué prix des droits de l’homme des nations unies en 2013, président de l’ONG IRA-Mauritanie, Brahim Rhamdane Ould Bilal, son vice-président sont séquestrés, privés même des soins dans un bagne à Nouakchott capitale Mauritanienne pour 2 ans de prison ferme lors d’un simulacre faux procès théâtral inventé de toute pièce sur la base du faux et usage de faux.

Les autorités Mauritaniennes les reprochent d’avoir mené une caravane dénonçant l’esclavage foncier, agricole dans le sud de la Mauritanie, contre les expropriations des terres de pauvres paysans locaux en faveur des pays arabes du Golf, des chefs de tribus maures et la féodalité noire mauritanienne pour affamer ces populations noires qui n’ont que la terre comme ressources pour survivre; cela ne devrait laisser nos voisins immédiats comme le Sénégal indifférents. Mme la députée, l’incendie qui ravage la case du voisin ne devrait guère nous faire rire, la moindre des choses est de l’aider à éteindre le feu.

Nous vous chargeons cette noble mission Mme la députée maire du Podor d’interpeller le président Macky Sall et ces collègues Africains, de lancer l’alerte envers les institutions africaines au sujet de l’esclavage, le racisme d’état et la féodalité qui perdurent en Mauritanie, le harcèlement constant suivi par des arrestations arbitraires de personnes qui osent mettre le doigt sur ces faits graves d’atteinte à la dignité humaine. L’Afrique est redevable avant la communauté internationale sur ce qui se passe en Mauritanie actuellement. Si les chefs d’états africains ne mettent pas la pression sur leur homologue Mauritanien pour mettre fin à la souffrance des Mauritaniens, ce qu’ils acceptent, autorisent l’ingérence occidentale dans les affaires africaines. 

Les autorités Mauritaniennes ont envoyé le prix des droits de l’homme 2013 des nations unies en prison sans aménagement avec un dossier faux sur usage de faux, tout un symbole n’est ce pas montrant leur mépris total sans crainte des lois, traités et conventions internationaux ?
En vous remerciant d’avance Mme la députée Maire du Podor Aissata TALL Sall, nous comptons sur vous pour revigorer l’espoir des Mauritaniens en faisant le nécessaire à votre niveau.

Diko Hanoune
Secrétaire général de l’association des haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E)


mercredi 3 février 2016

Cette affaire de la drogue qui nous vient du Sénégal!


Prions que la presse sénégalaise met la main   sur le dossier  du trafic de la  cocaïne  en Mauritanie qui nous vient des  renseignements Sénégalais que les autorités mauritaniennes ont tenté de ridiculiser voire minimiser leur rôle dans l'arrestation du terroriste "évadé" de Nouakchott  ce dernier temps. 

Tellement monstrueux et énorme apparemment au point qu'ils ont mis de côté la traque du terroriste fuyard de Nouakchott donc certainement une affaire "d'état" où la famille du chef de l'état est mouillée.

Saisie de deux tonnes de cocaïne en Mauritanie, le faux général Aziz annule illico-presto son voyage chez son homologue général égyptien Abdel Fattah Al-Sissi pourquoi?  Est-ce que pour couvrir son fils délinquant camé Badr qui tire à bout portant  sur des filles tellement défoncé sous l'emprise des produits illicites pour s’amuser, rigoler se défend-t-il?

 La politique de sauve qui peut d'un borgne faux général tourne à l'impuissance d'un gangster voyou de la république, la protection de sa famille passe avant le pays et les relations internationales.
Pourquoi n'a-t-il pas félicité les forces sécuritaires du pays et continue son voyage en les encourageant à poursuivre  leur travail jusqu'à son retour ? Comment une saisie de drogue importante qu'elle soit, a-t-elle pu déclencher "l'état d'urgence" au point  d'annuler le voyage d'un chef d'état? Allahou-Akbar!

Qui n'était   pas au courant de cette  guerre ouverte sans merci du  contrôle flux  des trafics de produits illicites  en Mauritanie entre la  famille d'un chef d'état en exercice actuellement  et celui d'un ancien chef d'état déchu en 1984 ?

La bataille rangée sans pitié  à l'arme de guerre automatique au cœur de la capitale  Nouakchott qui a  opposé  Badr Ould Mohamed Abdel Aziz et Bazra Ould Haidallah   a failli même  coûter la vie à une unité de nos forces de l'ordre et des citoyens passants  ,est toujours dans nos mémoires dont Bazra purge actuellement ses 2 ans de prison ferme suite à cette affaire gravissime .

L'arrestation selon la presse  locale par la  police de Sidi Mohamed fils de l’ancien président mauritanien Mohamed Khouna Ould Heidalla samedi dernier  à Nouakchott n'est qu'une sordide histoire de l'arbre qui  cache cette  forêt de la drogue. Cette nouvelle  arrestation dans la famille Haidallah est un  règlement de compte mais les vrais trafiquants sont au sommet de l'état bien protégés à l’abri.

Mauritanie: "le président reporte un voyage après un rebondissent dans l’affaire de trafic drogue
Le chef de l’Etat mauritanien s’est réuni avec le chef d’état-major des armées, le directeur de la Sûreté nationale, le chef d’état-major de la gendarmerie et le directeur des renseignements après que de hauts responsables du pays sont cités dans l’affaire. Mauritanie: le directeur de la Sécurité politique serait impliqué dans plusieurs affaires de drogue

L’hebdomadaire Alakhbar  s'est procuré de documents relatifs à l’audition, sur plusieurs affaires de drogue, de l’ex commissaire de Sebkha et actuel directeur de la Sécurité politique, Sidi Ould Sidi Mohamed.

Les documents reprennent aussi des témoignages de personnalités policières qui confirment "l'implication" d’Ould Sidi dans des dossiers de drogue.
Sidi Ould Sidi Mohamed aurait en outre falsifié un procès-verbal et établi un faux certificat médical pour convaincre le procureur de la République de libérer une certaine Aissata Bâ, accusée dans une affaire de drogue

De hauts responsables et des hommes d’affaires seraient impliqués dans un gros scandale de la drogue.

En effet, des sources parlent de l’implication de hauts responsables et des hommes d’affaires mauritaniens dans ce réseau de trafic de la drogue dont les noms commencent à se préciser petit à petit au grand dam des enquêteurs."

Vers des liens utiles

Mauritanie: le directeur de la Sécurité politique serait impliqué dans plusieurs affaires de drogue

Saisie de deux tonnes de cocaïne en Mauritanie
Mauritanie: le président reporte un voyage après un rebondissent dans l’affaire de trafic drogue

De hauts responsables et des hommes d’affaires seraient impliqués dans un gros scandale


Diko hanoune 

lundi 1 février 2016

Création d’une commission des femmes au sein de IRA-France-Mauritanie


Création d’une commission des femmes au sein de IRA-France-Mauritanie

IRA-France-Mauritanie a créé en son sein un démembrement dénommé Commission Femmes, ce samedi 30 janvier 2016 à Paris ; en présence de madame Raquel Thiercelin, présidente d’honneur d’IRA-France-Mauritanie, de madame Marie Pelenc, membre du Bureau Exécutif, chargée de l’organisation et de madame Leila Ahmed Khliva, épouse du leader anti esclavagiste Biram Dah Abeid. Celle-ci effectue actuellement une tournée en Europe, afin de fédérer les actions de mobilisation pour la libération des deux leaders antiesclavagistes : Biram Dah Abeid, prix des Nations Unies pour les droits de l’homme et le vice président de l’organisation, Brahim Bilal Ramdhane, emprisonnés injustement depuis le 11 novembre 2014.
Cette commission sera chargée de la mobilisation et de la coordination des activités de l’organisation à Paris et sa banlieue.
Etaient également présents : monsieur Jean-Marc Pelenc, président d’IRA-France-Mauritanie, Mohameden Ould Dah Zahaf, secrétaire général et  Brahim Ould Ali, trésorier adjoint.
Le Commission Femmes est composée de :
Présidente d’honneur : Leila Ahmed Khliva
Présidente : Ghwey Bint Brahim
Vice présidente : Aichetou Mint Mohamed
Secrétaire : Oumoulkhairy Samba
Trésorière : Salma Mattala


Paris le 30 janvier 2016
IRA-France-Mauritanie

Le secrétaire général

La judéophobie de certains maures Mauritaniens dépasse tout entendement humain.

La judéophobie de certains maures Mauritaniens dépasse tout entendement humain. Ils baignent, trempent de tout et n'importe quoi sur les JUIFS mais qu'est ce qui ne va pas dans leur tête?

Cette judéophobie de certains maures mauritaniens dans le désert dépasse vraiment ce que pouvait imaginer où espérer Hitler des juifs en plein 2016. Ils voient des juifs, le sionisme et l'état Hébreu partout, derrière  la moindre des choses, au ciel, sur terre tellement ils sont devenus paranoïaques malades mentaux maladroites judéophobes immoraux.

Les maures qui tolèrent rien que la prononciation du mot "Juif -Yahoudi" sans injures racistes, haineux et judéophobes se comptent sur les bouts des doigts pourquoi et au nom de quoi ces voyous se comportent d'une telle manière ?

Tout le mal qu'ils font subir aux noirs mauritaniens, aux africains en général sans état d'âme ni remord, puise sa source de leur judéophobie ambiante depuis la création de cet état voyou de la Mauritanie par la France qu'ils tentent d'arabiser sans être eux-mêmes des arabes en  reniant leurs racines Berbères comme des pestiférés , n'est-ce pas assez grave pour attirer l'attention du monde entier avant que cela ne soit trop tard?
La France a-t-elle crée cet état voyou de la Mauritanie de toutes pièces détachées  juste pour combattre le judaïsme dans le désert du Sahara africain ?

Ils tiennent 45% des "haratine" parmi la population noire sous l'esclavage au nom qu'Ils sont sous influence "juive" imaginaire, plus inquiétant encore cette philosophie que certains borgnes n'hésitent plus à avancer le fallacieux prétexte "religieux" où politique que les juifs sont des esclaves parce qu'ils l'ont été dans l'Égypte antique avant d'être libérés par Moïse.

Ils ont tenté un génocide sur les noirs mauritaniens tuant atrocement des innocents , déportant des milliers vers le Mali et Sénégal pays voisins en plein ramadan, les accusant d'être à la solde des juifs là encore complices de l'état sioniste alors qu'ils étaient des noirs musulmans comme eux à la différence près qu'ils étaient Juste noirs ; par contre eux se considèrent comme des blancs arabes descendants des saoudiens de la "pure race" musulmane supérieure sur terre .

Tous les crimes religieux où politiques sont commis au nom de leur judéophobie aveugle, vous ne pouvez discuter avec un maure sans qu'il ne vous sort cette phrase magique pour eux "vous êtes à la solde de l'état sioniste d'Israël des juifs" alors même vous saviez où se situe Israël sur la planète terre.

Mais qui empêche ces petits vagabonds maures, minuscules espèces du désert de s'installer où à faire leur migration vers la Palestine qui semble être leur "terre promise" avant les juifs pour donner main forte au Hammas non pas au peuple palestinien puisque nous savions qu'ils le font pour autre chose dans un but qu'ils sont les seuls à le savoir?

L'Afrique doit se réveiller avant qu'il ne soit trop tard, ils ont commencé à tâtonner toutes les portes, éventrer un peu partout le continent, la première qui s'ouvrira, ils vont s'y engouffrer pour commettre des horreurs monstrueux, des crimes odieux en utilisant des africains contre d'autres pour implanter leur barbarie. Vaut mieux d'être préventif que de devoir guérir pendant qu’il est temps.

L’Exode, Dieu libère Israël de l’esclavage

"Le peuple hébreu était venu en Égypte avec la présence de Joseph, le fils de Jacob (La Genèse). Désormais, il prospère. Mais cela entraîne la jalousie des Égyptiens. Lorsqu’un nouveau Pharaon arrive au pouvoir, il décide de soumettre les Hébreux à la corvée, et ordonne de tuer tous les garçons qui naissent.

Moïse échappe à cette situation car ses parents l’abandonnent sur le Nil. Recueilli par la fille de Pharaon, il reçoit une éducation princière. Choqué par le comportement des gardiens égyptiens, il tue l’un d’eux et s’enfuit dans le désert. Après s’être marié à la fille d’un prêtre du pays de Madiân, il rencontre Dieu qui se manifeste à lui du sein d’un buisson ardent. Le Seigneur explique à Moïse sa mission: faire sortir ses frères d’Égypte et les conduire à la Terre Promise.

Guidés par Dieu qui se manifeste sous la forme d’une colonne de feu, les Hébreux se dirigent vers la mer des Roseaux. Pharaon regrette sa décision qui le prive d’une main-d’œuvre nombreuse et bon marché. Il décide alors de poursuivre les Hébreux dont la marche est bloquée par la mer. C’est alors qu’intervient l’épisode de la traversée de la mer. Les eaux s’ouvrent pour laisser passer les Hébreux, puis se referment pour engloutir l’armée Égyptienne.


Diko hanoune 

jeudi 28 janvier 2016

Guidimakha : De l’esclavagisme à l’esclavagisme moderne

Les choses les plus cruelles que les maîtres avaient fait aux esclaves ont été de détruire la mémoire de ce qu’ils avaient avant leur contact et de les diviser en sous-groupes. Hérités souvent de leurs grand-parents comme tout autre bien, ces asservis avaient comme tâches, tous les travaux pénibles et durs et n’avaient jamais le temps de s’occuper de leurs femmes ou de l’éducation de leurs enfants.

Historiquement, après le décès de l'un d'entre eux, ses descendants s'étaient fait confisquer tous ses biens et dépourvus d'héritage. Livrés à eux même sans indemnité de licenciement,ces derniers représentent aujourd’hui la couche la plus pauvre, quant aux anciens maîtres détenteurs des richesses et d’une bonne éducation, ils ont mal aidé pour leurs insertions dans la vie active.

Cette conjonction de facteurs défavorables, près de cinquante ans après l’indépendance, explique les malheurs actuels de la seule couche qui voit augmenter le nombre de ses analphabètes.

Certains anciens maîtres continuent de profiter de cette situation honteuse et prennent des fillettes de leurs anciens esclaves pour des travaux domestiques et des activités commerciales (vente de l’eau glacée ou des bissâps devant les cours des écoles) à la place des leurs envoyées à l'école.

Ces filles domestiques surexploitées par certaines familles, ont comme "récompense" après des années de dur labeur, une valise dite de mariage qui est un ramassis des tissus bariolés et d'autres vêtements.

Les victimes choisies sont souvent des proies faciles, les fillettes issues des milieux défavorisés. Ceux ou celles qui se sont enrichis sur les dos de ces pauvres ou qui ont éduqué leurs enfants en foulant aux pieds l’éducation de ces innocentes, se le disent bien, ils n’inspirent aucun respect aux esclaves de la région.

Nous ne pouvons jamais obtenir notre liberté en faisant appel au sens moral de ces gens qui nous oppriment, nous devons nous battre jusqu’à l’obtention totale de nos droits. Nous devrons quitter cette peur enfantine qui fait qu’on est gêné dès qu’on est traité d’être esclave et défendre nos idées, qu’elles ressemblent ou non à celles de nos maîtres d’hier.

Nous devrons prendre en mains le destin de nos enfants en se sacrifiant pour leur éducation si nous voulons vraiment changer notre situation, cette dernière est notre seul moyen pour se débarrasser de cette situation.

Ce combat doit être mené d’une manière pacifique et dans le respect des droits des autres car certains d’entre eux se battent régulièrement d’une maniéré ou d’une autre avec nous pour la même cause.

L’état de son côté doit intégrer des opprimés dans ces structures de lutte contre l’esclavagisme et mettre en place des nouvelles lois qui condamnent avec détermination et fermeté ces pratiques criminelles pour qu’elles soient abolies dans leur totalité.
Youba CISSOKHO, Militant social