Translate

dimanche 28 août 2011

IRA: les avocats de Boulkheir Dieng feront appel

IRA: les avocats de Boulkheir Dieng feront appel image manquante Alakhabr (Nouakchott) - Le collectif des avocats qui défendent Boulkheir Ould Cheikh Dieng, le militant d'IRA inculpé, a décidé de faire appel à la peine prononcée contre son client, a affirmé Bilal Ould Eddick, membre du collectif. C'était lors d'un point de presse tenu , dimanche 28 A oût,au Forum des Organisations Nationales des Droits de L'Homme (FONADH), par l'Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste(IRA). Ould Eddick, a ajouté que « les charges attribuées aux accusés n’ont été pas conformes aux règles juridiques». A l'occasion, des anciens détenus ont fait un constat amer de leurs conditions de détentions dans les commissariats de police, en parlant de conditions de détention difficiles. Pour sa part, Brahim Ould Bilal, membre du mouvement a rappelé que «Le régime a exercé une répression sans précédent contre les militants du mouvement qui ont dénoncé le cas Ouaichetou ». Il a souligné que le gouvernement a lancé "une compagne de dénigrement à l’intérieur du pays contre notre l'IRA. Mais cette compagne est plutôt à notre faveur, parce qu’elle dévoile les mensonges du régime et ses thuriféraires". Ould Bilal a également ajouté que « l’Etat vient d’accorder la liberté à Mint Saibout, la dame qui avait pratiqué l’esclavagisme contre Ouaichetou grâce à son influence, alors que le sort de Mint Hamady est toujours inconnu ». Il a précisé que cette mineure a disparu de vue depuis le déclenchement de son affaire il y a quelques semaines. Les 9 membre d'IRA étaient inculpés pour rébellion, rassemblement nuisible à l’ordre public et appartenance à une organisation non reconnue avant de libérer huit parmi eux. Qualifié de martyr, Boulkheir Cheikh Dieng a été condamné le 22 Août 2011 à un 1 an de prison dont trois mois ferme pour avoir dénoncé et manifesté pacifiquement contre les pratiques d’esclavage devant le commissariat des brigades de mineurs à Nouakchott capitale de la république islamique de Mauritanie. Après avoir découvert qu'une fillette de 10 ans était maintenue en esclavage par Aicha Mint Saibott à Nouakchott, l'IRA a signalé le cas à la police. Aicha Mint Saibott a été arrêtée et inculpée pour asservissement de mineure, mais qu'elle a ensuite été libérée à titre provisoire à la condition qu'elle se présente au poste de police chaque semaine. La fillette serait toujours portée disparue. Aicha Mint Saibott est parente d’un nommé Mahmoudi Ould Saibott, directeur du journal Houmoumnass, président du Parti Mauritanien pour la Justice et la Démocratie (PMJD), vice président de la Coordination des Partis de la Majorité Présidentielle qui soutiennent le général Mohamed Ould Abdel Aziz. Au début du mois Août 2011, le général Aziz porte secours aux maitres d’esclaves au cours d’un show médiatique, d’une manière orgueilleuse très ostentatoire et déclara : « Il n’y a pas d’esclaves en Mauritanie ». AL AKHBAR & LC Source:http://www.lecalame.info/contenu_news.php?id=1144

Aucun commentaire:

Publier un commentaire