Translate

lundi 8 août 2011

Déclaration de L’association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E)


Déclaration de L’association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E)
 
 Suite à l’égression sauvage du président et des militants pacifistes d’IRA-Mauritanie par la police nationale sous les ordres du Général Mohamed Ould Abdel Aziz et de son ministre de l’intérieur Mohamed Ould Boilil, Biram Dah Abeid et 11 militants de l’Initiative pour la Résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie ont été évacués pour des soins aux urgences de la clinique Kissy à Nouakchott. 

Aperçu des faits graves qui sont  restés impunis avec la complicité à la fois des hautes autorités Mauritaniennes, de la police nationale et du procureur de la République
Le directeur du journal Houmoumnass, président du Parti Mauritanien pour la Justice et la Démocratie (PMJD), vice président de la Coordination des Partis de la Majorité Présidentielle, Mr Mahmoudi Ould Saibott, est venu s’attaquer  directement au commissariat pour faire libérer la nommée Aicha Mint Saibott accusée de pratiques esclavagistes. Un membre de ce groupe était armé d’un pistolet. Le groupe  des voyous de la République que dirigeait  Mahmoudi Ould Saibott, était  composé exclusivement d’arabo- berbères, ils ont proféré  des menaces et insultes aux militants de l’IRA Mauritanie en sit-in  « vous êtes tous des chiens ». Les assaillants ont  tenté de faire libérer par la violence, la présumée esclavagiste Aicha Mint Saibott des locaux de la police, ils ont saccagé le commissariat et molesté des policiers qui sont restés  curieusement résignés sans même se défendre. Le policier Cheikh Ahmed Ould Etheymine cousin de la prévenue, détaché dans cette brigade depuis l’arrestation de sa cousine, s’est engagé publiquement avec les assaillants dans leurs actes de vandalismes. Certains jeunes parmi le groupe des assaillants que dirigeait le délinquant au col blanc M. Mahmoudi Ould Saibott se sont éloignés de la scène, mécontents de la tournure qu’à  pris les choses, reprochant à leur chef de gang d’avoir détourné l’action vers le saccage du commissariat alors que selon eux l’action était limitée à une rafale sur la personne de Biram Dah ABEID. Malgré ces faits d’une gravité extrême, le délinquant Mahmoud Ould Saibott dort paisiblement sur ces deux oreilles sans être inquiété par la police nationale.
 L'Association des Haratine de Mauritanie en Europe (AHME) exprime son indignation et condamne avec la plus grande fermeté cet acte cruel, sauvage et barbare. Cette agression barbare montre au monde entier combien l'Etat mauritanien et ses forces de répressions sont en parfaite connivence avec les esclavagistes. Elle montre aussi, l'Etat d'esprit du régime esclavagiste et raciste de la République Islamique de Mauritanie qui ne supporte pas que des hommes et des femmes épris de justice se révoltent contre les fondements de son système qui tient ce pays en otage depuis l'indépendance.
 L'Association des Haratine de Mauritanie en Europe exige la libération inconditionnelle des militants abolitionnistes arrêtés dont leur lieu de détention reste inconnu.
 

IL s’agit de:
Tourad Ould Zeyd
Salek Ould Inalla
Ahmed Salem Ould Outhmane
Sabar Ould Housseine
Cheikhna Ould Cheyakh
Boulkheir Ould Cheikh Dieng
Alioune Ould Biyaye
Moctar Ould Mouhamed

 L'Association des Haratine de Mauritanie en Europe, se joint à toutes les organisations de défenses des droits de l'Homme, à tous les peuples libres pour stopper net les agissements sauvages, barbares du Général Mohamed Ould Abdel Aziz. L'esclavage, le racisme, l'intimidation, l’oppression et le sang d’un peuple martyr ne restera jamais impuni.
 Nous lançons un appel à la communauté internationale,  à toutes les mauritaniennes et mauritaniens épris de justice, d'égalité et de démocratie à une union sacrée contre le système criminel en Mauritanie et nous les appelons à se préparer à la grande Révolution du Peuple martyr opprimé de Mauritanie.
 Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E)
Abou Tagourla / Le chargé  de communication


Aucun commentaire:

Publier un commentaire