Translate

dimanche 22 avril 2012

A monsieur le président de la république !


                                   
Etant militant convaincu de l’Union Pour la République et soucieux au plus profond de moi, quand à sa politique au niveau du département de Rosso, il me revient de faire la lumière sur un certain nombre de confusions au sein du parti  qui sont à l’origine des tendances ou clans et la pensée véritable des nanties de Rosso par rapport au choix de leur providentiel candidat.
Avant de passer à la quintessence, je voudrais tout naturellement vous souhaiter la bienvenue à Rosso tout en vous souhaitant succès dans le cadre de la réception du dernier contingent des rapatriés du Sénégal et ce, malgré la mauvaise organisation de la circonstance qui a été a l’origine d’un désordre notoire sans précédent et qui a  eu malheureusement des répercussions sur l’accueil qui vous a été réservé. Monsieur le président, retenait en toute franchise et sans détour, qu’une telle approche s’explique par le manque de considération et la non implication des nantis de la ville, dans les affaires administratives et plus loin dans la vie politique du parti qui dépend forcement des autochtones.  
Parlant de la vie politique de l’UPR au niveau de Rosso, permettez-moi monsieur le président d’attirer votre attention sur la situation critique que traverse les instances du partie ; la multiplication des tendances autour de manipulateurs, le mal  entendu, la mauvaise gestion des affaires administratives du parti, le favoritisme, l’égocentrisme, le manque d’implication de la jeunesse et jeunes cadres autochtones résidents sont autant de facteurs parmi d’autres qui plongent notre cher parti dans une posture d’ incrédibilité dans notre localité.
Monsieur le président, quelles sont  les véritables causes de l’échec du parti depuis les échéances législatives et présidentielles jusqu’à son implantation à nos jours ? En effet, monsieur le président, pour vous imprégner mieux des causes de ce désordre incohérent, fruit de la dépravation de ses dirigeants, je voudrais sans complexe ni complaisance aucune, vous faire l’historique de la mise en place même du parti à Rosso:
C’est l’initiative des jeunes cadres natifs de Rosso, que nous sommes, avec la participation des  cadres ressortissants qui avait donné naissances aux indépendants devenus aujourd’hui UPR dont le but est de s’impliquer du choix des conseillers municipaux et des députés pour une bonne gestion des affaires locaux. Malgré que l’initiative de Rosso soit restée fideles à ses objectifs,  ce consensuel en perte de vitesse car l’achat des consciences aboutissant aux choix d’éventuels leaders est à l’origine de la dislocation du mouvement indépendants qui a d’ailleurs occasionné des départs. Aussi, considères  par les ténors  locaux  comme étant fonctionnaires pauvres, donc ne pouvant prétendre postuler dans leurs propres affaires politiques. Cette situation de négres de service n’étant plus acceptée par la jeunesse Rossossoise.
Monsieur le président, toujours soucieux de cette politique exclusioniste de la jeunesse qui constitue le porte drapeau et  l’avant-garde de  tout combat, nous comptons sur votre arbitre non seulement pour rétablir l’ordre mais aussi pour instaurer définitivement la justice et le mérite au sein de l’Union pour la République en particulier à Rosso et dans le reste de la Mauritanie en général. Si non monsieur le président, nous risquerons de perdre tout simplement les élections dans la région comme par le passé.               

Amadou Moktar Diop UPR-Rosso

Aucun commentaire:

Publier un commentaire