Translate

lundi 2 avril 2012

Biram Ould Dah: Pour faire partir Ould Abdel Aziz du pouvoir je suis prêt à m’allier avec Ould Sidi Baba et Ould Mohamed Vall mais…


Biram Ould Dah avec Abdoulaye Diagana à Paris en avril 2012. DR A. DiaganaM. Biram Ould Dah, vient encore de faire sur KASSATAYA.COM une sortie qui risque de faire des remous dans « la très consensuelle » opposition au régime de M. Ould Abdel Aziz.
Tout en maintenant son combat contre le président Mauritanien, le leader de l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA), ne fait pas l’impasse sur les responsabilités de certains acteurs politiques majeurs qui frayent aujourd’hui avec l’opposition alors qu’ils furent des serviteurs zélés du dictateur M. Ould Taya.
Même s’il se dit prêt à cheminer avec MM. Ahmed Ould Sidi Baba -président du RDU, parti membre de la majorité sous M. Ould Taya- et Ely Ould Mohamed Vall –chef du renseignement sous le même règne-, M. Biram Ould Dah revendique un droit d’inventaire. Les propos tenus par l’ancien président du CMJD, M. Ely Ould Mohamed Vall -qui renversa le dictateur M. Ould Taya avant de conduire  la transition vers la démocratie entre 2005 et 2007- restent gravés dans la mémoire de l’activiste des droits de l’homme : « Nous n’oublierons jamais les rugissements (sic) d’Ely Ould Md Vall contre les réfugiés Mauritaniens en les traitant de Tarzans ».
Cette déclaration de M. Biram Ould Dah tombe au moment où le régime de M. Ould Abdel Aziz déclare avoir clôturé les opérations portant sur le retour organisé des réfugiés. Le processus engagé sous la présidence de M. Sidi Ould Cheikh Abdallahi en 2007 se termine donc avec l’accueille du dernier contingent de refugiés Mauritaniens rentrant du Sénégal. Mais cette sortie de M. Biram Ould Dah rappelle que le dossier des crimes commis sous M. Ould Taya est loin d’être clos nonobstant le retour des réfugiés.
Pour preuve, lors de son déplacement de mars dernier à Nouadhibou (nord de la Mauritanie) M. Mohamed Ould Abdel Aziz a accusé certains leaders de l’opposition « d’avoir du sang d’officiers négro-africains sur les mains ». M. Biram Ould Dah va dans le même sens en justifiant les hésitations de son organisation à rejoindre les marches de l’opposition par le fait que « quand IRA participe aveuglément aux manifestations, comme des moutons de panurge, ça profite aux idéologues et à certains bras meurtriers du pouvoir d’Ould Taya ». Pas sûr cependant que ce point de convergence suffise à rapprocher les MM. Ould Abdel Aziz et Biram Ould Dah.
Abdoulaye DIAGANA
Source:kasstaya.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire