Translate

mercredi 24 avril 2013

Les Zoulous Bouteilési Inkhata aboient, la caravane de la lutte pacifique H’ratin passe.



Dominique Vidal disait :  « Dans une société où l’inégalité est tenue comme fondée en nature, l’allégeance à un maitre, à un pouvoir politique ou religieux , assure souvent à celui qui se trouve dans une situation d’infériorité une position  qui pour subalterne et fragile quelle soit, lui permettant de se construire  une identité sociale positive ».

Quelle illusion ?
 Aujourd’hui en observant le  comportement de l’homme Mauritanien, force est de constater que la tentation hypocrite snobisante, la recherche de la pitance, l’appétit primaire et l’intérêt à court terme sont devenus inhérents dans son agir quotidien  ; heureusement que ce genre de  ragot néophyte  est de moins en mois visible notamment au sein de l’élément noir o combien déshumanisé et chosifié par le segment dominant et bradé à vil prix  par les siens dans cet espace géographique qui est la Mauritanie.
Ces Guignards d’un autre âge ont-ils oublié que la roue de l’histoire tourne ;qu’après l’apogée c’est la décroissance, mais la dignité demeure et que la main invisible jadis évoquée par Adam Smith ajuste la société dans le sens de la l’égalité, qui est un fait providentiel.
Ces chasseurs de privilèges et de postes  dans ce bas monde prenant pleinement  comme métier  l’allégeance au chef, s’accrochant avec leurs  piédestaux  pourries,  mettant au pied du mur la foi en dieu et  les bonne vertus  que  marque  l’homme debout oubliant que le destin est dans les cieux , qu’il est  plus savoureux d ‘avoir un  emplois au quel on est destiné par au-delà que d’en avoir un dans ce monde ici-bas par lâcheté , la mesquinerie et le déni de la souffrance de ses cousins de race : le phénomène hideux de l’asservissement utilisant un langage acrobatique ( séquelles, survivances) de contenu mensonger frôlant le ridicule, usé jusqu’au corde, exprimant de surcroit une sorte de camouflage de cette réalité têtue et visible d’un autre âge qui est l’esclavage sous le quel ploient  les esclaves et les descendants d’esclave ( les Hratins) ; en se livrant à cette propagande éhonté, sordide et partisane se repliant  de fait  dans la résignation et le fatalisme , ces défaitistes, attentistes et opportunistes sont toujours à l’affût d’un poste à occuper ou d’un privilège minime soit –il  à gagner .
Hier c’était la racaille clientéliste Tayiste dont  Hartani se disant arabe, « un ours blanc de la Sibérie » a survécu du chavirement du bateau d’ex PRDS , créant pour la circonstance son propre « Parti » ; ce natif descendant d’esclave de la Zone jouxtant N’DAR LEBYAD,  ce prédateur de poissons glacés, affecté par la folie de grandeur à la Kaddafienne , son intronisation illusionniste et  platonicienne par sa fraction TANDGHA, prône la Beydanisation et l’arabité Haratine à la Saddamienne,  oubliant que plus de 90% des Hratin moins de 45 ans sont décomplexés et réclament aujourd’hui haut et fort leurs hartanité, et s’y sentant fiers , ou peut être pensant qu’en donnant ces deux filles à mariage à  ses seigneurs, il devient plus qu’un supérieur mais un Aryen à yeux bleu ou bien  qu’en nageant dans son ‘ Dhin’( beurre fondu) au milieu de ses Chamelles dans le Saloum du  sénégal ou ses veillées nocturne dans supermarchés à Dakar, il devient un Eupatride ,mais nous resterons ce que nous sommes. Devant son pelleton méhariste de son «  parti » qui n’en est pas un  où trimbalent  ceux qui sous l’ère Taya avaient infligé à la communauté noire souffrances et douleurs, dans l’Est Mauritanien,l’ Ours sibérien n’a cesser de calomnier la génération hratin du refus montante la qualifiant de tous les noms d’oiseaux, bref, l’ours blanc hurle et la caravane de la génération du refus passe.
Vient le tour de « Thab Tirris », le reptile montagneux dont le « Tisch tarr », viande séchée est très prisée par les hommes du nord, ce capitaine de Haidalla, jadis fugitifs sous taya, nie la ségrégation dont lui même fut victime et réclame sa beydanisation qu’il la prenne, je ne perds pas ma réflexion sur lui encore moins sur le chacal d’Guidi victime avec ces frères et sœurs de  captation d ‘héritage par ces maitres Ehil Bah à Boutilimit ; qui dans une émission théâtrale télévisée a fustigé le combat que mènent les hratin pour leur émancipation, se bombant la poitrine qu’il est parmi les premiers à etre dans cet axe de lutte, la vérité est autre, cet adepte de l’adage Hassanophone ( Li May Inavikh, May Tavig), «  celui qui ne sait pas mentir ne s’entendra avec personne », promus  comme Président du Conseil d’Administration de l’Ecole de santé,  préfère passer sous silence les  maux du lot de détresse des siens et restant dans ce poste de circonstance .
En fin, les pic-beaufs, s’agglutinant  sur le bas ventre s des zèbres pour ne pas dire des vautours constituant des cercles autour d’un cadavre, ces jeunes ressemblent à ce que BALZAC qualifiait : «  d’hommes profondément retors et traitreusement doubles », n’ont-ils pas senti les prémisses du bouleversement social dont la révolte Hratin de la force ouvrière du Port de Nouakchott et la conscientisation généralisée des enfants de la périphérie excédée constituent les signent précurseurs, là je nommerai  : Yarbe Ould skhair, Mohamed  Ould brahim, Ahmed vall Ould Abedlbarke entre autres, ces nouveaux recrus  Zoulou de la honte n’empêcherons pas les Hratin d’évoluer vers leur  émancipation.

Alioune Ould Youssouf dit Maham
Membre fondateur et dirigeant d’IRA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire