Translate

mercredi 3 avril 2013

Esclavage : Les sociétés Soninkés en Mauritanie, Mali, Sénégal et Gambie.



Dans ces quatre pays, la société est fondée sur le système des castes repartis  entre  quatre catégories  de castes définis parfois par le nom de famille qui situe la personne de quel rang social elle se trouve.

1)     Il s’agit pour les nobles dit ( horo ) Chefs de village les camara, Soumarés, Gandégas ,bathily, Sakhos ,Doucouré, Sylla ,Diabira, Diagana, Maréga, Koita, Diawara , Diagouraga, Diaby, Saranmoura ,Tandia.
2)     Des  Marabouts dit (Modiny) qui doivent diriger la prière : les Cissé,les Sokhona ,les Doucourés les N’Diayes , les Tandjigora ,les Diakhité,Samoussa. Sont : les dirigeants de la prière
3)     Il  y a les Niakhamalas qui sont les Forgerons dit( togo) Sylla, Kantés, Dioumassis les yatéras les Cissokhos et les autres Niakhamalas sont les (guésérou,les Diarous qui jouent de la guitare et racontent l’histoire de la société soninkés oralement et il ya aussi les garankos son : les Yaffa , les samékés les sounbounou,les sakéras  les Makalous les qui travaillent la peau pour faire des Chaussures ,les sakos qui travaillent le bois  Sont : les Dioum  et les mangou s qui sont des conteurs d’histoires faiseurs de réconciliation Sont : les Tangoudia,les Koréra et les Sawané
4)     Et au dernier  rang, se trouvent  les  esclaves(Komos) dont leurs noms de famille sont : Les Diarra, les Konaté, les Sidibé, les Cissé,les Cissokho, Kéita ,les Coulibaly, les Traorés, les Camara, les N’Diaye, les Sow, les Koné, les Dembélé, les doukara, les Sakhanokho,les Bakhayokho, Les Tamoura, les Siby, les Dabo, les Magassa, les Gassama, les Sy,  les Baby,Danba , les Diakhité les Diallo, les Sankharé et Fofana.
En aucun cas cette dernière  catégorie ne pourra avoir  de lien de mariage avec l’un des trois catégories citées plus haut ni même diriger la prière d’être chef de village d’être Maire d’une Commune, d’être Ministre au sein d’un Gouvernement ainsi que la députation.
Cette  dernière  catégorie n’a même  pas le droit de diriger une réunion quelconque, elle ne mérite aucune considération au sein de cette société bien que l’islam interdit cet état esprit personne  ne veut la disparition de nos mœurs.

(Mouvement mondial  et international des prolétaires)

La bataille  sociale contre l’esclavage et l’injustice dans toutes ses  formes dans toutes  les  sociétés du monde entier.
Nous devons avoir comme idéal un mouvement qui soit fondé  sur des bases d’idées venant des prolétaires  eux –mêmes mieux que d’être dictées par les politico-bourgeois ainsi pour cela,  il faudrait que nous créions nos propres écoles afin d’éduquer nos  enfants de la manière qu’on voudrait qu’ils soient.
Là déjà je vais parler en général de l’esclavage  en Mauritanie tout en laissant de côté les sociétés des castes.
En Mauritanie,  un état islamique dans lequel l’esclavage perçu comme une nécessité une  normalité logique dans la religion et pourtant le Prophète Mohamed à son époque interdisait cette pratique qu’était vouée à l’obscurantisme.
Si cette pratique était autorisée en islam, il aurait inclut un paragraphe qui expliquerait comment obtenir des esclaves mais c’est son contraire qui existe c’est-à-dire l’abolition pure et simple des esclaves sans même contre parti si ce n’est l’acceptation  de cette religion comme monnaie d’échange.
Mais malheureusement pour  nous autres étant dans une société où les 90% sont illettrés donc n’importe qui avec peu de connaissances  peut  influencer tout une population en leur faisant croire  sa bonne foi dans les écrits religieux.
La Mauritanie avait abolit l’esclavage à deux reprises la première fois c’était  1981 avec  le Président  Mohamed Khouna ould Haidallah  et la deuxième fois  en 2007 avec le Président Sidi Ould  Cheikh Abdallah mais hélas ! Les mesures d’applications et d’accompagnements étaient absentes  puisque ces deux Présidents  ont été victimes de coup d’état,
Tous les deux n’ont pu  finir leur mandat.
Malgré tout cela,  en Mauritanie, nous  vivons  le calvaire des esclavagistes ainsi nous avons  deux combats à mener  l’un contre les esclavagistes et l’autre contre les esclaves eux-mêmes.
Car  on a inculqué dans l’esprit de ces derniers   qu’être esclaves  est méritoire auprès de Dieu  et  que c’est normal d’accepter la soumission des esclavagistes.
Pour les esclavagistes  les moyens pour acquérir un esclave c’est de le capturer étant jeune dans  la forêt et l’amener le plus loin possible afin ses parents ne retrouvent.
Et le plus bénéfique pour eux c’est de capturer une fille pour la procréation et cette dernière n’a pas le droit d’être amoureuse d’un  garçon ou même demander le mariage avec  qui que ce soit sans l’autorisation de son maître.
Pour la procréation, elle peut soit avoir des rapports sexuels avec un son propre maître  soit avec un inconnu qui passe dans les barages.
Si le mariage devait avoir lieu c’est uniquement avec un des esclaves du maître  le but est la procréation des futurs esclaves afin d’avoir le plus grand nombres d’esclaves dans sa maison.
La fille esclaves ou le garçon ne sont là que pour les travaux domestiques du maître ces derniers n’ont pas le droit au repos même une heure ou deux, la nuit ils dorment grand maximum  3 à 4 heures de temps.
Ils doivent rester éveiller  jusqu’à  1 heure du matin et se lèvent plus tôt le matin vers  5 heures du matin .Si un esclave venait à se rebeller contre son maître  c’est le devoir des autres esclaves de le battre à mort, s’il arrive à se sauve r,  il partira seul sans femme ni enfants puisqu’ils sont la propriété  du maître.
Autres remarques, ces esclaves ne mangent jamais car ils consomment le reste du maître une fois qu’il finit de manger sinon ils doivent attendre un autre moment pour manger
Les critères de nominations  dans les ministères et la fonction publique se font par les maîtres  chez les harratines  mais chez  les  autres ethnies les nominations se font facilement mais  les féodaux font tout pour  influencer les autorités à limoger pour que ces anciens esclaves ne dirigent pas les postes de responsabilités.
Chez les harratines le salaire d’un ministre est partagé avec son maître souvent c’est lui qui détermine combien  l’état doit rémunérer ce dernier.
J’aurais du commencer par l’école car à l’époque coloniale la France obligée tous les enfants d aller  à l’école et les féodaux  inscrivaient à la place de leurs enfants ceux des esclaves .Pour eux tout enfant qui fréquentera l’école française deviendrait forcément un chrétien selon eux.
Quant à eux, ils préféraient mettre leurs enfants à l’école  «  Arabe »qu’ils deviennent musulmans afin de s’appuyer sur l’islam pour mieux exploiter les  esclaves au nom de Dieu.
Ils arrivent même à utiliser la jurisprudence musulmane pour justifier l’esclavage par  des érudits musulmans reconnu par tous mais en détournant leurs paroles en leur faveur.
Au fur et à mesure que nos enfants ont aussi fréquentés l’école Arabe   pour contrecarrer ces propos mensongers  qui obligeaient souvent les gens à rester soumis  parce que c’est Dieu et son Prophète qui autorisent cet esclavage
Si cela s’avère exacte pourquoi Dieu avait envoyé un Prophète nommé Moise pour la délivrance des esclaves d’Egypte sous la domination de Pharaon. C’était une pure invention des hommes et non Dieu. Nous et nos  enfants se sont rendu compte que les thèses sur lesquelles  ils s’appuyaient  pour exploiter les esclaves étaient fausses cela à partir du moment où nous avons commencé à fréquenter les mêmes écoles  arabes qu’eux
Forcement nous avons commencé à réfléchir  et la vérité est sortie du mensonge.
Cette situation où les féodaux utilisaient physiquement et moralement les esclaves  existait plutôt chez les harratines qui sont sous la domination des arabo-berbères et elle est toujours d’actualité mais chez les autres tributs ces pratiques ont disparues depuis plus de 65 ans mais les séquelles sont toujours présentes de nos jours.
Pour  combattre tous ces fléaux  qui abaissent de plus en plus les couches les plus exploitées  dans toutes les sociétés du monde il faudrait dans un premier temps  rechercher
et  cibler l’ennemi  commun  on pourra alors tous ensembles se soulever contre leur oppression  et après la chute de l’oppresseur, nous mettrons à sa place un prolétaire qui nous dirigera.
Déjà pour vraiment se battre pour  la disparition de l’esclavage, il faudrait  tout d’abord connaître se méfaits  que cette peut causer aux sociétés qui le vivent.
Ensuite deux armes sont nécessaires.
1)     Se doter d’une bonne vision de la chose et se  bien former à l’école et dans le milieu de ces sociétés pour apprendre leur mode de vie.
2)     Avoir le courage et la volonté ainsi que les moyens financiers afin d’affronter véritablement les problèmes puisqu’ils  sont multiples.

Sidibé Moro

22 commentaires:

  1. Je pense que vous possédez un esprit faible,vue votre texte troué de fautes et de mal adresse.un intellectuel doit traiter ces genres de sujet avec beaucoup d'attention pour ne pas choquer la sensibilité de certaines personnes. Vos idées ont poussé beaucoup de soninkés de souche de la classe inférieur à migrer vers d'autres communauté et qui parlent d autres langue(Leurs enfants ne parlent plus soninké).En Mauritanie combien de soninké KHoré sont considérés par les maures comme étant des esclaves justement parce qu ils sont noire.voila des sujets que vous devez traité et combattre cette pensé des maures....et ne descendez sur le terrain allez consultés des sources digne de retracer le passer. ÉVITEZ DES CHOQUER LA SENSIBILITÉ DES GENS QUI VOUS LISENT.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que vous possédez un esprit faible,vue votre texte troué de fautes et de mal adresse.un intellectuel doit traiter ces genres de sujet avec beaucoup d'attention pour ne pas choquer la sensibilité de certaines personnes. Vos idées ont poussé beaucoup de soninkés de souche de la classe inférieur à migrer vers d'autres communauté et qui parlent d autres langue(Leurs enfants ne parlent plus soninké).En Mauritanie combien de soninké KHoré sont considérés par les maures comme étant des esclaves justement parce qu ils sont noire.voila des sujets que vous devez traité et combattre cette pensé des maures....et ne descendez sur le terrain allez consultés des sources digne de retracer le passer. ÉVITEZ DES CHOQUER LA SENSIBILITÉ DES GENS QUI VOUS LISENT.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Les noms de Famille n'ont rien à voir avec les Castes. En effet je suis une SISSOKO du mali et je suis noble, je connais également des SISSOKO qui sont eux Forgerons ou griots.
    Nous sommes des êtres humains et égaux devant dieu qui nous jugera chacun et nous accordera le paradis ou l'enfer....et il n'y aura pas de différence selon la caste!

    RépondreSupprimer
  7. As salamou 'Alaykoum frère et Sœurs .. Souha'Allah ! Quand je vois ces choses la, sa me désespère. Un être qui se croit superieur a un autre (tout deux musulman), quelle arrogance ! Craignons Allah swt mes frères .. Je pensais que ces choses la, était des sujets enterrés mais NN! Il y a tout juste une semaine je demandé une fille en mariage mais manque de bol, ses parents ne voulaient rien savoir du fait que je suis musulman et fiers de l'être (et eux aussi bien sur). Leurs soit disante histoires de komé kholé granké, c'est de la kaille ! J'espère que nos parents n'emporteront pas sa avec eux dans la tombe.. Qu'Allah les guides ! Amine .. L'islam est venu à nous pour nous rassembler, nous guider tous dans le même chemin. Et voilà qu'on invente des différences pour tout et n'importe quoi .. Comme disait la personne en haut, on sera tous juger de la même manière, aucune difference de peau, de couleurs, de castes (des connerie tout droit sorti du grand ruseur qui est shaitan).
    Encore une fois Qu'Allah nous guide !
    Parlons à nos parents même s'ils veulent rien écouté, parlons leurs, ce sont nos parents, nous allons pas les laissé partir dans cette état d'esprit ..
    Qu'Allah éveille nos conscience ! Amine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour moi je suis mauritaniene du castre horé mes parents me menance de me renier de la famille, et le faire la miser si je me mari avec un mauritanien du castre comé.
      Je sais pas. Quoi faire pour leur demander leur benediction discuter c mort il sont fermé a bloc quelqun peu aider dans cette epreuve

      Supprimer
    2. Mon nom c tii sawag jattend ton appel

      Supprimer
  8. Fausses informations: Cisse, Dabo, Keïta, de caste esclaves? C l exact contraire ce sont des nobles. Je suis un Dabo et noble depuis plusieurs générations donc ce que vous dites révèle plus un complexe d'infériorité que la vérité. Version des castes mandingues plus proche de la réalité dans la page Wikipédia sur les mandingues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis une Dabo mon grand pères est originaire de kaye et je suis noble. Mais j'aimerai avoir plus d'information sur l'origine des Dabo. Merci

      Supprimer
    2. Vous été qu'elle Dabo sankha ou mangasuba car je suis aussi dabo mangasuba

      Supprimer
    3. C quoi la différence entre sanka et dabo mangasuba? Je suis une dabo. Et depuis que j'essaie de comprendre la signification du nom l'origine même. Certains me disent que nous sommes des konaté d'origines

      Supprimer
    4. Bonsoir j aimerai savoir , je suis une Dabo sanka et j aimerai savoir l origine de mon nom svp
      Merci d avance��

      Supprimer
  9. Les Fofana et camara n'était pas des komos , ils était soit nobles ou marabouts. Article complètement erroné .

    RépondreSupprimer
  10. Quel article bzarre! Je suis Konate de la Cote d'Ivoire, et la realite dont je parlerai est la meme au Mali, en Guinee, au Burkina-Faso. Le Konate (sauf s'il porte le patronyme pour raison de manutention esclavagiste) n'a jamais ete de la classe inferieure dans le Mandingue. Je ne comprends pas d'ou cet auteur tire ses informations. Gens de paroles par Sory Camara retrace bien l'origine des patronymes et les rangs --malheureusement classificatoires-- entre les Mande. De plus, aujourdhui, ce qui importe, c'est faire barrage a ces Maures qui traitent tous les noirs dans la meme enseigne. Qu'est-ce que nous en faisons? C'est cela la question.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  12. Les pure nobles que les esclave ne peuvent pas porter comme noms de famille ces le soninké sont suivant les SOUMARE DIABIBIRA GANDEGA

    RépondreSupprimer
  13. Moi je suis horo leme sylla diamera sokhona marabouts de guidimakha kalinioro Mali merci pour le information

    RépondreSupprimer
  14. Les castre ne sont pas en quatre catégories et en plus Tu en a oublié plein et les nom de famille c'est n'importe quoi ce que t'as écrit
    Toi je pari que t'es un comé
    Soyez fier de se que vous êtes komo regarde bilal il été comé et pourtant je pense que tu connais la suite il en été de même pour les enfants d'israel à l'époque tu connais la suite aussi je suppose
    Essayons plutôt de faire se que dieu aten de nous et tu vera nul besoin d'argent
    La piété suffit à elle seul.

    RépondreSupprimer
  15. Je suis une soninké , plus precisement Doucouré et je trouve que c'est n'importe quoi cette histoire de castes , et quand je vois des gens qui se croient inferieur ou superieur par rapport à leurs nom de famille!! Ça me fait mal au cœur , le Mali est un pays riche , que ce soit au niveau de la culture ou de la diversité , et cette barrière (imaginaire , selon moi) vient mettre en péril toute notre richesse. J'espère que la prochaine génération prendra consciense de tout cela , et fera en sorte de passer au delà de toutes ces bêtises . Merci

    RépondreSupprimer
  16. Je suis Soninké du nom de famille Diaby Gassama et je suis noble (hore) en tout cas depuis plus des générations nous avons jamais été des Kome. Moi ce que je conseille aux jeunes c'est de n'est pas écouté tout ce que certains gens disent sur l'histoire des castes c'est du n'importe quoi .on doit respecter nos coutumes c'est ça l'essence de Soninkara on peut pas renier nos coutumes et culture , c'est incence

    RépondreSupprimer