Translate

dimanche 5 août 2012

Communiqué de presse : « Nous sommes des Oulad Bissbaa et l’Etat nous appartient. Je tuerai quiconque s’approcherait de nous et vous verrez que rien ne se produira… ! ».


Nous venons d’apprendre, à l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA), l’agression, de la part de deux jeunes gens, du garagiste Alioune Ould Abdellahi. La victime a reçu des coups au nez et à la bouche et a été transportée aux urgences. La police a arrêté les deux agresseurs mais, découvrant leur lien de parenté avec le président Mohamed Ould Abdel Aziz, elle les a relâchés.
Selon la victime, les faits se seraient déroulés de la façon suivante : le mercredi dernier (01-08-2012), le garagiste réceptionne, de la part de l’un de ses clients habituels, un véhicule de la marque Toyota pour réparation. Après  la réparation, le client demande au garagiste de lui livrer le véhicule en un lieu convenu. Arrivé au lieu de rendez-vous, le client récupère son véhicule et demande au garagiste de conduire la voiture que le client conduisait (de marque Renault) à son domicile en lui expliquant que le propriétaire était parti rejoindre son lieu de travail à Taziazet. Mais, alors qu’il conduisait le véhicule Renault, le garagiste fut abordé par deux jeunes gens qui prétendaient que la voiture leur appartenait et qu’elle leur avait été volée. S’en suivit la bagarre et  les coups au visage. Devant la violence de l’agression des passants étaient tentés d’intervenir. C’est alors que l’un des jeunes gens sortit  un révolver et le brandit en criant : « Nous sommes des Oulad Bissbaa et l’Etat nous appartient. Je tuerai quiconque s’approcherait de nous et vous verrez que rien ne se produira… ! ». C’est l’intervention de la police qui mettra fin à l’agression. La victime fut transportée à l’Hôpital et les agresseurs conduits au Commissariat Nouveau du Ksar. Mais, très vite, les agresseurs seront relâchés après que la police a découvert leur lien de parenté avec le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz.
Suite à ces événements d’une gravité rarissime, nous à IRA :
1-      Exprimons notre totale solidarité avec la victime de cette agression et exercerons toute sorte de pression pour que la police arrête les agresseurs et les défère devant la justice. Cette solidarité s’exprimera sous forme de sit-in devant le Commissariat du Ksar aux côtés des parents de la victime jusqu’à ce que justice soit rendue ;
2-      Exhortons l’ensemble des Mauritaniens libres à se lever pour barrer la route aux manœuvres occultes qui poussent aux affrontements entre groupes de citoyens du pays. Les agents de la police symbolisent l’Etat et il est clair, dans cette affaire, que ces derniers ont pris fait et cause pour les Maures en cherchant à les soustraire à la peine qu’ils méritent ;
3-      Dénonçons avec vigueur le fait que des personnes influentes possèdent des armes à feu et s’en servent au vu et au su de tout le monde pour terroriser de paisibles citoyens. Dénonçons l’utilisation réitérée de la parenté présidentielle comme permis de tuer comme ce fut le cas lors de l’Affaire Bedr Ould Mohamed Ould Abdel Aziz.

Nouakchott le 05-08-2012                                                                       
La Commission de Communication

Aucun commentaire:

Publier un commentaire