Translate

dimanche 30 juin 2013

« La terre n’appartienne pas à l’état mais à la communauté » nous dit le chef de la communauté de Diaguily à Paris, Mr Soumaré Bakary dit Cheikhou





« La terre n’appartienne pas à l’état mais à la communauté » nous dit le chef de la communauté de Diaguily à Paris, Mr Soumaré Bakary dit Cheikhou depuis le foyer de Montreuil  Rochebrune.

En écoutant Baba Baidy Maal ce matin sur Radio-Mauritanie Freedom, Ah dieu est grand wallahi,  je suis tombé du nid. Le morceau de Baaba Maal un musicien de renommer international en langue peulh  sous le label yeela nous  dit : «  Ganddé koy diimagou woodanii, woodii tan ko gollé é balléé ». Traduction : Sachez que la noblesse n’existe pas, il n’existe que les bonnes œuvres par le travail et l’entraide. Le débat sur la féodalité qui m’opposait à Bâ Bocar AJD/MR, j’avais exactement dit la même chose, cela a suscité  frilosité de certains gourous féodaux cherchant à déformer mes propos en disant que : « Diko hanoune vient de dire qu’il combat quelque chose qui n’existe pas ». Quand on dit vrai et qu’on a la vérité de son côté, on peut dormir tranquille sur ces deux oreilles. Autre chose, j’apprends par l’entretien qu’a accordé le chef de la communauté de Diaguily à Paris Mr Soumaré Bakary dit Cheikhou à la radio Web  Kassataya au micro du journaliste Saidou Diallo. Je suis scandalisé, apparemment l’état n’existe pas en Mauritanie, la terre appartient aux féodaux de YATERA depuis l’antiquité à nos jours. La loi agraire qui nous dit : « la terre appartienne à celui qui l’a mise en valeur »   n’est que du pipo selon le chef de la communauté de Diaguilly à Paris……  Attention là ça ne rigole plus, la parole ou simple témoignage  à tort ou raison  d’un chef de la « communauté », ah oui il nous parle en communauté malheureusement  pèse apparemment mille fois plus que celui d’un chef de l’état Mauritanien, du gouvernement mauritanien, des élus mauritaniens, l’administration Mauritanienne et les autorités locales sur place. En fait en  partir de ces propos très graves qui dévoilent la dure réalité en Mauritanie, on peut résumer l’état Mauritanien depuis son indépendance ne s’est jamais  imposé comme une autorité à part entière fondée sur des lois républicaines dont nul n’est au dessus de celles-ci. On nous fait comprendre que se sont les chefs de tribus maitres d’esclaves chez les maures et les chefs des communautés noires maitres d’esclaves aussi qui représentent la loi. Mon Dieu, a quand un état de droit fort  en Mauritanie après plus d’un demi-siècle d’indépendance ? Nous espérons que l’équipe de Kassataya publiera l’autre partie concernées à s’expliquer pour garder toute sa crédibilité et sa neutralité dans cette affaire qui pollue la commune de Diaguilly depuis plusieurs années. Aha dey, le chef de la communauté de Diaguilly  hausse le ton soudainement : «  il n’y a pas que des esclaves là bas » donc il y a bien des esclaves des Soumaré, Yatera etc… à Diaguilly non ? Malgré les terribles aveux,  on nous fait miroiter que la féodalité, les discriminations selon les ascendances d’esclaves n’existent point, rire……….. Certes après le « tir ami » qui toucha en plein fouet le Général Aziz, on lui reprochait de la mauvaise gestion des affaires du pays depuis son lit d’hôpital à Paris, seulement là on se rend compte qu’il y a des chefs des communautés qui gèrent des régions, des communes, des villages comme bon les semble depuis des foyers parisiens, ah mince quel pays de merde…..




Diko hanoune

Aucun commentaire:

Publier un commentaire