Translate

mardi 7 janvier 2014

Le jeune forgeron marque un terrible coup contre les Mollahs présumés hypocrites…




Le texte du jeune ingénieur est un texte incroyablement subversif car les conséquences des faits historiques qu'il rappelle sont terribles et mettent la lumière sur les rapports sociaux entre ceux qui ont gazré la religion et leurs frères, cousins et autre parentèle car ils peuvent alors dire entre eux en douce,  souvenez-vous de ce que le prophète a fait à l'époque... La famille la parentèle même mécréants furent graciés quand les gens du Livre juifs furent exterminés même ceux qui avaient refusé de participer à la conspiration. Présentés ainsi de façon un peu courte, c'est terrible ! C’est  cela qui rend fou les mollahs et tous leurs complices silencieux ou qui parlent de cette affaire en faisant diversion évitant soigneusement de parler du fond de l’article, des faits historiques énumérés de façon un peu courte mais qui méritaient justement pour cela des éclaircissements sereins de la part des gens de bonne foi.

Avec de tels exemples, les hypocrites déguisés en barbus ont toute la science pour faire mille crimes au nom de la religion et l’exemple du prophète PSL car  ils peuvent se servir de son exemple pris de travers et savamment orienté vu qu’ ils connaissent toute l'histoire et les moindres gestes du prophète PSL, sinon pourquoi craignent-ils le débat ? Pourquoi refusent-ils aux gens d’en savoir plus ? Pourquoi cette rétention d’information ? Pourquoi diaboliser ce jeune certainement un peu égaré à cause de la passion et des affres de la naissance forgeronne sous le régime d’une culture féodale devenue au fil du temps hypocrite et sans pitié ?

Le jeune forgeron n'est pas allé jusqu’à énumérer les corollaires de son rappel historique car il est assez fin et intelligent pour savoir que citer ces épisodes suffit pour mettre le feu aux poudres quand en face on a des gens de mauvaise foi prêts à tout pour sécher toute goutte de vérité et de savoir au milieu d’un désert de manipulation.

De là la phrase de la fin : " ce lionceau provient d'un autre lion...'

C’est texte audacieux exécuté un peu de travers avec toute la fougue de la jeunesse et dont les petites dérives sont dues à la frustration d'un forgeron éduqué face aux hypocrites qui l'ont fait grandir dans une culture où on le présente comme maudit, moins que rien, méprisé même par les esclaves, ce texte ne mérite pas d’être accusé de blasphème contre le prophète avec toutes les conséquences :  promis à l’enfer, banni de la communauté des croyants, sa femme le quitte, il perd son emploi, on le jette en prison et voilà qu’un plumitif qui ne l’a pas même lu, le présente désormais comme notre Rushdie national.

Mais Dieu suffit comme témoin et s’il y avait encore dans ce pays des esprits éclairés, ils trouveraient les moyens juridiques de porter plainte contre ceux qui l’ont fait enfermer pour dénonciation calomnieuse et contre l’état pour détention arbitraire mais malheur à ceux qui osent même parler de cette affaire « sensible », ils subiront eux-mêmes bientôt les foudres de la mauvaise foi, de la propagande pour être jetés en pâture à la pauvre opinion publique abandonnée aux mains des terroristes contre l’Islam des lumières qui ne craint pas le débat car convaincre est son but et qui ne méprise pas les esclaves de Dieu réduits à la malédiction sociale inventée de toute pièce par les hommes car l’homme a été créé faible et nul n’est à l’abri d’Ibliss pas même les mollahs !

Comment vouloir laisser dans l’ignorance le plus grand nombre quand Dieu lui-même a choisi un illettré comme prophète PSL et que la première phrase qu’il ait entendu c’est «  Lis ! » ?

Le prophète PSL est plus grand que tout ça et on ne peut pas le réduire à de petits épisodes mais il faut en parler pour ne pas que les mollahs s'en servent entre eux pour la culture de l'ignorance et de la manipulation. De Là qu'ils veulent fuir le débat...

Mais la vérité trouve toujours un chemin.


Dieu merci

-------------------------------------


contribution de notre ami Mohamed Hanevi : 



Du vivant du prophète Mohamed (psl), ses contemporains l'ont traité de menteur, de magicien, de charlatanisme de tous les qualificatifs possibles et imaginable-ment mauvais. Ceci ne l'a pas détourné outre mesure de continuer à les convaincre et à essayer de leur dévoiler la vérité par la sagesse et la bonne parole. 

Il a affirmé, lui-même : "Je suis venu en miséricorde pour l'humanité toute entière." Un bédouin arabe poussa l'insolence jusqu'à pisser dans sa mosquée. Il le ramona avec patience et douceur pour lui faire comprendre que son acte était répréhensible. Un autre lui demanda de lui rendre licite la fornication. Il ne s'emporta pas et lui demanda simplement et calmement : "voudrais-tu qu'on le fasse avec ta mère, ta fille ou ta sœur?" NON, répondit le bédouin et très calmement et sans passion, l'envoyé lui fit remarquer que toutes les femmes sont mères, filles ou sœurs de quelqu'un.

Aujourd'hui, un jeune homme emporté, transporté, chauffé à blanc par des injustices sociales, qu'on s'acharne à expliquer par des ascendants fictifs et mensongers et qu'on essaie d'appuyer par des explications religieuses, a "blasphémé", et tout le monde crie en même temps "Haro sur le baudet".

Je dirais d'abord que les vrais coupables sont ceux qui se font de la religion un bâton efficace pour fermer la bouche qu'ils veulent et ouvrir celle qu'il leur plait d'ouvrir. Ceux qui ont détourné le sens et l'essence du message pour le mettre à leurs services et aux services de leur descendance, exactement comme une royauté. Pourtant Mohamed, l'envoyé direct de Dieu, n'a pas laissé d'héritage à ses enfants. Il a dit n'insultez pas le dieu des mécréants de peur qu'ils insultent le vôtre.

Pousser la jeunesse à ce stade de désespoir est un crime très grave et qui aura certainement son châtiment de la part de celui qui voit et qui entend. On peut crier et jouer les comédies pour tromper les créatures, mais il est impossible de cacher les mauvaises intentions à celui qui a créé les cœurs et voit ce qui se cache dans les poitrines.

Il est beaucoup mieux et plus efficace de consacrer quelques émissions radiotélévisées pour combattre ces inégalités. Faire comprendre à ce jeune et à d'autres jeunes, que le prophète Mohamed n'avait ni griot, ni forgerons, ni esclaves. Qu'il habitait dans une modeste chambre en banco. Qu'il cousait ses habits lui-même et aidait sa famille dans les travaux ménagers. Que malgré la spécificité unique qu'Allah lui a octroyé, il n'a eu ni château, ni gardien, ni bien amassé sur le dos des autres. Qu'il est mort endetté d'un "Saa'" de blé contracté auprès d'un juif. Que ceux qui, aujourd'hui s'enrichissent ou s'anoblissent par une pseudo-relation avec lui, sont des imposteurs. Car les hommes de Dieu ne peuvent être attachés par l'amour des biens du monde.

C'est seulement ainsi qu'on pourra barrer le chemin à tous les observateurs, qui a chaque fois se tordre de rire de nous voir si ignorants et si primitifs. "

Aucun commentaire:

Publier un commentaire