Translate

lundi 6 janvier 2014

Avant de parler d’un tribunal spécial pour l’esclavage ; le Général et sa horde doivent d’abord reconnaitre l’existence de l’esclavage.



Le prix des Nation Unies pour les droits de l’homme  2013 décerné  à Mr Biram Dah Abeid Président d’IRA-Mauritanie a fait coulé beaucoup d’ancre et ceux qui cherchaient à taper à l’œil du Général en ont tous profité pour montrer leur capacité à invectiver l’action d’IRA –Mauritanie à sa tête son Président.
En haut de la liste on trouve le premier ministre qui est sorti avec une déclaration fort regrettable mais à la hauteur de la personne qui l’a prononcée, car le premier ministre en se montrant aussi méprisant envers la majorité des mauritaniens montre combien il est le fruit d’une politique basée sur le racisme et la promotion d’une seule composante de notre pays, depuis l’indépendance de la Mauritanie ceux qui nous gouvernent nous ont fait savoir qu’il y’a des bénis de DIEU , leurs esclaves et des étrangers. Les maures étant les propriétaires de la Mauritanie dont le nom est tiré du nom maures, les harratines leurs esclaves et les autres communautés noires soient sénégalais ou maliens, envoyées par l’Israël pour déranger la quiétude d’un peuple qui se bat pour l’islam.
Ainsi quand nous sommes à l’étranger, il est fréquent de surprendre un des enfants maures entrain d’expliquer à d’autres gens que les noirs en Mauritanie ce sont leurs esclaves ; ceci est le fruit d’une pensée collective et le premier ministre est le fruit de cette pensée collective et le fait qu’il le disent montre aussi que malgré des années à se faire former, malgré un doctorat on peut rester aussi coincé dans la folie collective et aussi primitive dans sa pensée  qu’un bédouin qui n’a jamais quitté son campement.
Malheureusement pour notre pays, plein de gens disposant de haut diplôme ayant fait le tour de l’Europe reviennent avec une pensée aussi arrièrée que Nelson Mandela est juste un « kwri » esclave de sa tribue. Je pense qu’il est temps de tenir le  chef du gouvernement du général à la hauteur de sa petitesse d’esprit, en tout cas moi je ne suis pas surpris.
L’autre réaction aussi prévisible est la création d’un tribunal spécial pour  l’esclavage, salué par la commission nationale des droits de l’homme; cela même qui a fait des pieds et mains téléguidé par le pouvoir pour empêcher un militant de droit de l’homme plus connu pour son combat contre l’esclavage de recevoir le prix des Nation Unies, mais là n’est pas la contradiction ultime car jusqu’à preuve du contraire le général Mohamed Ould Abdel Aziz , son premier ministre , son gouvernement, son opposition et sa clics (ses alliés) refusent de reconnaitre l’existence de l’esclavage. Il est certain que personne ne peut combattre une chose qui n’existe pas a ses yeux ( une fumisterie bien connue dans notre pays pourtant ).
En effet, Il faudrait  que le pouvoir ainsi que ceux qui son enclin à croire à sa bonne volonté sachent que sans reconnaissance claire, publique et sans aucune ambiguïté, il n’est nullement question de croire en la volonté du pouvoir du Général de combattre ou de mettre fin à cette pratique.
Ainsi, nous continuerons de penser que cette agence ou organe entre dans l’ordre des choses qui sont là pour endormir et donner matière aux pays et organismes qui leurs mettent la pression pour mettre fin à cette pratique. Une chose est certaine, malgré tous les efforts,  cette pratique se répète chaque fois que les militants entreprennent des actions majeures ou obtiennent une reconnaissance de la part de la communauté internationale.
Car en 2007 une loi a été mise en place contre l’esclavage ; mais 6 ans après, on se pose encore la question de savoir qu’est ce que cette loi a servie ? Emprisonnés des militants abolitionnistes pour avoir dénoncé l’esclavage et portant aucune condamnation n’a été enregistré dans notre pays qui est en tête du classement des pays ou il y’a le plus grand nombre d’esclave de la planète.
Au début de l’an 2013 il a été créé une Agence nationale de lutte contre les séquelles de l’esclavage, d’insertion et de lutte contre la pauvreté (ANLSILP) mais cette agence qui doit bientôt souffler sa première bougie a-t-elle fait un résultat ? Cette agence qui a été créer pour résumer toutes les revendications des noirs en Mauritanie (signe d’un manque de respect énorme) n’a jusqu’à nos jours donner aucun signe de vie a pars servir d’instrument pour combattre les abolitionnistes ou de remplir les poches de son directeur.
D’ailleurs, Il y’a quelques année le Général annonçait par le même billet un décret pour l’identification des sépultures des mauritaniens mort dans des conditions sombres, une tache qui a été confié au ministre des affaires islamiques au lendemain du voyage a Inal mais jusque nos jours aucun résultat n’y a été noté, aucune sépulture n’a été identifiée et pourtant des centaines de mauritaniens sont enterrés a Inal , Jreida , Sorimalé , Wothi. Non seulement les lieux sont connus mais aussi ceux qui l’ont fait sont connu ;  en plus, la plupart des témoins sont tous en vivant mais le ministère des affaires islamiques lui a fait plus de 3 ans de travail sans aucun résultat malgré le nombre important de sépulture dans des conditions obscure.
Tous ces facteurs nous font dire que cette nouvelle agence n’est qu’un prétexte pour faire croire aux gens qu’elle travaille dans le sens de l’élimination de cette pratique, une répétition d’un procédé trop souvent appliqué par le pouvoir pour amortir une pression trop forte. Un effet d’annoncé que seul ceux qui cherchaient désespérément une chose sur quoi s’agrippé intéressé.
Si le pouvoir veut vraiment, il faudrait certain préalable.
Reconnaitre explicitement l’esclavage et le condamné clairement en montrant sa volonté d’y mettre fin ainsi que sa détermination à appliquer la loi contre les pratiques d’esclavage.
 Faire un bilan de l’agence tamoudi
 Produire les résultats du travail du ministère des affaires islamiques sur l’identification des sépultures.
 La reconnaissance du parti RAG et du mouvement IRA-Mauritanie

Dr OUSMANE SY
IRA-SENEGAL

2 commentaires: