Translate

samedi 28 juin 2014

COMPRENDRE LA POLITIQUE À LA "SAUCE SONINKÉ"...!!!




Le mot  " politique " dans le langage commun soninké a un sens connoté péjoratif. En effet dire d'une personne en soninké " politiguinté xorré" est souvent synonyme selon l'approche, d'un individu " magouilleur, manipulateur, voire malfrat".
Après cet élément introductif et primaire du sens de la Politique, nous essayerons de détailler les différents sens qu'un soninké type pourrait comprendre ou sous entendre en fonction de son cadre d'évolution.
La politique classique basée sur des valeurs saines et justes, se parle à toutes les langues et à tous les hommes en vue de réaliser leur bien être individuellement et collectivement. En effet, elle a un idéal de l'être humain donnant sens aux valeurs suivantes: la Dignité, l'Honneur, le Respect, la Solidarité, la Justice , la Tolérance et la Fraternité. Et c'est aussi par cette approche de la Politique, que l'Autre très différent de Nous pourrait être accepté en Nous, par Nous et chez Nous sans quelconque déterminisme exclusiviste .
Elle constitue l'arme essentielle contre les xénophobes, les racistes, les sectaires et les communautaristes obsessionnels, qui se structurent et s'alimentent à des diverses manières par la négation et le rejet de l'Autre. C'est par elle que presque tous les partis politiques dignes s'inspirent comme idéal afin impacter le réel par l'exercice démocratique.

Cependant, nous dirions que tous les soninkés, qui minoritaires dans leurs pays d'origine et souvent accueillis dans d'autres pays, seront parmi les premiers à saluer et apprécier une telle approche hospitalière de l'exercice politique. Par exemple; en France lors des dernières élections municipales, des hommes et des femmes d'ethnie soninké ont été élus au sein des conseils municipaux. L'engagement de ces personnes est à saluer, mais nous devons surtout mettre en écho les dispositions juridiques, progressistes et humanistes qui ont rendu possible leur élection par un électorat mûri démocratiquement.
Certes, nous sommes face à des situations porteuses d'une certaine morale humaniste de la politique par rapport à ce qui se fait chez nous en interne. Le français d'ethnie soninké élu dans une ville de la région parisienne, aurait peu de chance de pouvoir postuler à un poste similaire dans une autre commune que celle de son terroir d'origine dans nos pays.
En effet, par le pourquoi de ce paradoxe saisissant, nous abordons ce qui s'apparente à une certaine compréhension de la chose politique en vigueur dans nos terroirs coutumo-traditionnalistes. Cette approche de la politique comme l'exercice d'un certain pouvoir quel que soit l'échelle, définit l'organisation de la cité soninké. En effet tout s'organise par cette politique exclusiviste basée sur le déterminisme de naissance.
Par cette politique particulière, nous reconnaissons nos partis; ce sont nos clans familiaux ou d'alliances historiques (par exemple: Hayaninko, Botokholonko,Hokolounko, Baraninko, Gangarinko et d'autres...).


Ces clans constituent des entités politico-féodales et transnationales sur lesquelles et par lesquelles se structurent tous les rapports politiques et politiciens du monde soninké. La politique mise en place par ces entités féodales conditionne et identifie "l'homme soninké" à un clan et à un statut social de naissance. Les convenances coutumières soignent à vie consciemment ou inconsciemment ce socle d'identification de "l'homme soninké", qui selon son appartenance statutaire peut être l'éternel servi et honoré au nom du clan, ou l'éternel serviteur et subalterne du clan.
Le monde politique et politicien à la "sauce soninké" s'anime par cette catégorisation où la qualité par le nombre importe peu, mais c'est plutôt le statut hérité d'un passé peu glorieux sur les valeurs humanistes qui fait la légitimité à vie. Cette norme de la chose politique qui a un aspect quasi - monarchiste est mise en avant au sein de la cité soninké.
Dans certains milieux, nous constatons que l'exercice moderne de la politique est faussé par cette logique clanique et féodale jouant le clientélisme. Dans le cas mauritanien, en concert avec le tribalisme Beydhane, le féodalisme politique soninké donne peu d'importance à la notion du vote libre pour chaque citoyen en toute indépendance par rapport au groupe. Lors des élections législatives et municipales de fin 2013 dans le Guidimaxaa mauritanien, des partis politiques nationaux s'étaient faits utilisés comme couverture pour des affrontements acides entre clans politico-féodaux dans plusieurs communes majoritairement soninké. Profitant du faible niveau d'instruction civique parmi nous, les politiciens clientélistes bien introduits à Nouakchott manipulent les consciences par des considérations d'identification clanique en sabotant l'émergence de l'État-nation par  le vote libre et citoyen.
Avec pareils déchirements intra-communautaires pour une hégémonie primitive à une échelle communale, nos hommes politiques soninkés jouant ce jeu ont peu de chance d'assumer le rôle d'Hommes d'État un jour. Si l'intérêt général dans une commune de 15000 habitants se fait traîner dans la boue à cause des grandeurs mal placées liées aux velléités féodales, les 3 ou 4 millions de nos compatriotes attendront peu de choses de notre giron. Nos divers mouvements et associations s'inscrivant dans cette norme des choses verront peu de réformes aboutir à l'échelle intracommunautaire comme nationale. Nos différents objectifs quoique nobles et sincères seront brouillés par des légitimes suspicions si nous ne revoyons pas nos logiciels prédisposés issus de nos cadres de référence ethniques, tribaux, claniques et communautaires. Notre appel au Changement sans nos propres changements ne fera aucun écho nulle part.

Qui ose se changer aujourd'hui chez soi, peut espérer faire changer l'autre demain chez lui...!!!

Acceptons d'être "l'objet" d'un changement d'abord avant d'être le sujet du Changement prêché auprès dautres.
Et au final, si on osait faire bénéficier politiquement avec ouverture à l'Autre ce qu'on a pu bénéficier sous d'autres cieux en s'y vantant...!!!


Koundou Soumaré

Aucun commentaire:

Publier un commentaire