Translate

vendredi 3 décembre 2010

Des enjeux des statuts de l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste de France-Mauritanie


Par FALL Moctar / Président Ira-f-m
  1.  De la sensibilisation


« IRA de France-Mauritanie s’inscrit dans une dynamique de sensibilisation des victimes de l’esclavage et de la traite des personnes, des pouvoirs publics, des organismes et organisations humanitaires et autres leaders d’opinion sur la nécessité d’éradiquer l’esclavage sous toutes ses formes en Mauritanie et en France , mais aussi dans le monde. »
L’ensemble des articles élaborés, en s’inspirant directement des statuts et règlements de l’IRA-Mauritanie, répond à l’enjeu général de sensibilisation en France et en Europe sur la persistance de l’esclavage en Mauritanie et de la variante de traites humaines et d’esclavage moderne observable en Europe et de par le monde.
Dés l’article premier des Statuts, il est énoncé que l’IRA de France-Mauritanie est une « association à but non lucratif d’assistance et de sensibilisation aux droits des victimes de l’esclavage et de la traite d’êtres humains en Mauritanie, en France notamment, et à travers le monde. »
L’Initiative de sensibilisation coïncide avec  l’orientation à la base de la création de l’IRA-F-M qui reprend en projetant d’aller plus avant, dans le sens d’une corroboration, et renforcement de la méthode jusque-là utilisée par d’autres associations, la résolution du déficit de vulgarisation de la situation caractéristique d’esclavage et d’apartheid en Mauritanie conjuguée à l’interpellation sur le plan extérieur, de la diaspora et des volontés humanistes opposées à la réduction d’êtres humains à la volonté criminelle et esclavagiste de leurs semblables.
Toujours dans l’article 3 dont le contenu et la portée traverse la lettre et l’esprit de nos statuts et règlements, concernant les principaux médias sensibilisateurs envisagés, se trouvent déclinés les moyens que l’IRA de France Mauritanie espère mettre en œuvre pour incarner la cause des victimes de l’esclavage et des traites humaines :
- « Organisation de manifestations afin de sensibiliser autour des préoccupations des populations subissant l’esclavage et autres formes de traites inhumaines.»
 - « -Participer aux forums et rencontres nationaux et internationaux »
Nous ne pouvons pas ne pas centraliser le cas des esclaves et anciens esclaves qui désespèrent de tout épanouissement en Mauritanie.
C’est dire que si l’IRA de France- Mauritanie est apolitique, elle est rattrapée par le sort de ces esclaves et anciens esclaves qui cherchent refuge en France et en Europe. Nous devons les prendre en charge, nous les prenons effectivement en charge déjà par le témoignage de notre solidarité sur leur sort auprès divers administrations et organismes.
2. – Des objectifs
 « IRA France-Mauritanie se fixe comme objectifs principaux : 
- « Créer un pont pour les ressortissants mauritaniens en général, et les Hratin (population d’esclaves et d’esclaves affranchis en Mauritanie) en particulier, entre leur pays d’accueil, le France, et leur pays d’origine la Mauritanie ;
- « Lutter contre l’esclavage et les différentes formes de traites qui y trouvent leurs racines,
- « Promouvoir  une vie culturelle parmi la communauté d’origine mauritanienne établie en France en liaison avec le carrefour associatif parisien et français,
- « Permettre aux plus vulnérables de trouver une oreille attentive,
- « Diagnostiquer les difficultés des plus faibles et proposer des solutions optimales,
- « Organiser des manifestations afin de sensibilisation autour des préoccupations des citoyens subissant l’esclavage, et autres formes de traites inhumaines,
- « Participer aux forums et rencontres nationaux et internationaux,
- « Partage d’expériences avec les acteurs visant les mêmes objectifs. »
3. De la médiation
Le bureau exécutif de l’IRA-F-M sert de médiation entre les victimes de l’esclavage et des traites humaines dans quelque partie du monde que ce soit et les personnes morales et physiques détentrices du pouvoir d’exercer une pression sur les responsables des crimes d’esclavage manifeste, selon la loi 2007-048 de criminalisation de l’esclavage en Mauritanie, et de traites humaines. Soit que ces personnes disposent de la force de la loi ou parce qu’elles ont une fonction dans les domaines politique, des arts et des lettres, ou qu’elles incarnent une voix entendue à large échelle de par leur position dans quelque secteur des humanités, de la justice, du militantisme pour le droit et l’égalité humaine, contre l’oppression et la domination fondée sur l’abus en fonction de la religion, de la race et de la différence.
Différentes conventions internationales s’exercent contre ces fléaux et doivent être mobilisées : contre l’esclavage et l’asservissement, et l’esclavage moderne, contre la torture, contre les traite humaine.
Tous les acteurs publics, toutes les dispositions législatives, dans la mesure où ils sont contre le mal de l’injustice de l’esclavage ignoble qui persiste en Mauritanie, en l’occurrence du mal que constitue l’esclavage et les traites humaines, constituent nos partenaires effectifs et potentiels avec qui l’IRA de France- Mauritanie tel qu’inscrit dans ses statuts va « -Partager des expériences avec les acteurs visant les mêmes objectifs »
4. Libérer la parole vers le militantisme des victimes
Les victimes en général, à cause du traumatisme sont, sont enclins à refouler leur sentiment et leur souffrance ; d’où le projet de l’IRA de «  permettre aux plus vulnérables de trouver une oreille attentive ». Dans un cadre d’échange serein et confiant, les victimes pourraient se transformer en militants de notre propre et commune cause en collaboration et partenariat avec l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste.
Nous supposons que quand la victime devient acteur de la parole et de la geste de sa libération, la parole est plus audible qui décrit et dénonce sa condition et le combat pour sa libération et liberté devient plus efficace.
D’autre part, il importe de réussir à libérer la parole des  victimes ou réussir la libération de la parole, dans un espace d’échange : c’est pour cette raison que l’IRA-F-M « devra à terme constituer une plateforme et un forum de libre expression, de concertation en vue de proposer des solutions optimales à l’éradication de l’esclavage et de la traite des personnes »
L’humanité ne pourrait en aucun cas assister à l’asservissement d’êtres humains par une minorité dans son territoire, pour la raison primaire de différence de peau et d’historicité différente telle que l’histoire des H’ratin est soumise et corrompue par l’histoire des maures qui tiennent au prix du pire à leur cacher leur passé fait exclusivement d’esclavage caractérisé par la privation totale de liberté, de viol, de châtiment.
Le combat ouvert des esclaves et des victimes de traite est impératif pour s’émanciper de leur condition de sous-homme. Un pas de géant se trouvera réalisé dans la solution escomptée de justice et de nouvel ordre de valeurs qui ne serait plus l’ordre existant actuellement.
Mauritanie : foncièrement esclavagiste pour les esclaves et anciens esclaves et discriminatoires à l’encontre des Noirs en général, représentant au moins quatre-vingts pour cent de la population totale du pays. Un ordre plus humain est envisagé, plus acceptable, qui ne sera plus menaçant voire fatal pour les combattants de la liberté et de l’égalité qui oseront remettre en  question et en cause l’arbitraire ignoble de l’esclavage au vingtième siècle.
5. Déconstruire la domination
Il convient de poser la problématique de la domination par esclavage et racisme d’Etat en Mauritanie aussi bien que des traites humaines à travers le monde qui intéressent les statuts de l’IRA de France-Mauritanie, dans une optique interprétative de la condition des couches d’esclaves et d’anciens esclaves et des individus victimes de la traite humaine.
   Nous savons que dans les sciences sociales s’intéressant aux rapports à autrui, en l’occurrence esclavagiste et de subjugation de son semblable, il est de rigueur de centraliser la domination comme source de privation de liberté et moteur du rapport entre maître et esclave, du rapport entre le groupe dominant et le groupe dominé.
   D’un point anthropologique, dans le sens fondateur de cette science, si on se réfère aux anciens, l’approche est plus philosophique que technique. Une vraie approche du rapport à autrui, pour être efficiente doit apprendre à refuser la soumission à la domination et à la servilité. Le Négro-mauritanien doit combattre l’esclavage sous toutes ses formes, soit refuser les compromis de nature servile sans d’autre dignité que la lâcheté camouflée dans des négociations et des corruptions sous le couvert d’indemnisation. Les victimes de traites doivent s’exprimer de manière à faire connaître leurs souffrances et trouver des volontés qui les aident à s’affranchir de leurs conditions inhumaines. Les victimes sont affectées à tous les points de vue et à tous les points de leur être et de leur existence suivant l’analyse qu’effectue l’anthropologie des quatre paramètres de la nature humaine se rapportant :
-      « A l’âme comme au corps » : dans la mesure où les fondateurs de l’IRA-F-M sont des esclaves et anciens esclaves en Mauritanie, ils ont subi la mortification à tel point qu’ils peuvent se prévaloir de connaître les effets de l’esclavage et des traites humaines sur le corps et l’âme.
-      « A l’individu comme à l’espèce » : par l’expérience de leur vécu d’esclaves et d’anciens esclaves au même titre que toute la communauté Harratine, le bureau exécutif de l’IRA-F-M a une sensibilité particulière de l’esclavage moderne et des traites humaines, par l’axe des migrants exploités à travers les trafics de rêves ou la prostitution, ou le travail forcé domestique où seraient soumis d’autres individus ou communautés par la force ou par la ruse. Le calvaire d’un individu vaut pour toute l’espèce humaine.
-      « Aux faits historiques et aux phénomènes de conscience » : il s’agit du passé violé et volé de l’individu ou d’une communauté par cupidité d’esclavagistes maures en Mauritanie, par exemple, et s’agissant de traite et d’esclavage moderne, l’individu est souvent coupé de son passé et induit dans une logique de dépendance mentale par rapport à son bourreau qui le terrorise et l’exploite.
-      « Aux règles absolues de la morale comme aux intérêts les plus matériels et les plus variables » : la force brutale qui a servi au maintien de l’esclavage en Mauritanie, par exemple, se justifie d’une moralité d’abord religieuse avant de se muer en raison politique et d’Etat. Il ne peut y avoir de moralité qui tienne dans la domination arbitraire et criminelle d’une personne.
En cautionnant l’histoire de l’esclavage et de notre sujétion pour asseoir plus avant l’esclavage et l’apartheid à l’encontre des Noirs en Mauritanie, dans leur ensemble, les régime arabo-berbère à mis à l’épreuve la velléité des esclaves, anciens esclaves et les discriminés qui ne veulent rester dans cette posture originellement et éternellement dévolue par l’Etat mauritanien, et que celui-ci persistant dans cette logique périlleuse, met en péril la paix à l’intérieur du pays dans la sous  région.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire