Translate

jeudi 10 août 2017

COMMUNIQUE: Monsieur AZIZ, vous qui lirez ces lignes, vous venez une nouvelle fois de perdre....


La bataille que mène les autorités mauritaniennes pour obtenir un « oui » à leur pathétique référendum, vient d'atteindre une nouvelle fois et de manière dramatique, les militants pacifiques du boycott à ce même référendum.

Une nouvelle fois IRA et ses militants Mauritaniens ont bravé le pouvoir en s'interposant aux interdictions de manifester et de protester.
Une nouvelle fois c'est bien encore et toujours par la répression violente et ciblée que l'Unité de la Garde Nationale s'en est directement prise à Biram Dah Abeid hier soir 3 Août dans le quartier d'Arafat à Nouakchott.

Relevé et entouré de ses amis, Biram est retourné auprès des siens après avoir été soigné.
Monsieur AZIZ, en effet, s'était permis il y a quelques jours de qualifier l'opposition à ses dictats de « virtuelle ». Monsieur AZIZ, vous qui lirez ces lignes et qui aurez à rendre des comptes, pourquoi envoyez vous vos Gardes Nationaux à coups de gaz lacrymogènes contre des opposants « virtuels » ?

Pourquoi avez-vous transformé vos Ministres d'Etat en voyageurs de commerce dans toutes les provinces de Mauritanie si vous pensiez que l'opposition était « virtuelle » ?
Pourquoi Monsieur AZIZ contournez-vous le Sénat de Mauritanie en voulant le supprimer, si vous le considérez comme virtuellement opposant à vos enjeux de réformes ? Ces mêmes Sénateurs courageux viennent à leur tour de vous faire perdre tout crédit à l'intérieur comme à l'extérieur de la Mauritanie.

Une nouvelle fois vous venez de perdre. Et ce n'est pas en usurpant le pouvoir par la force et en légitimant la dictature de l'arbitraire que vous vous procurerez toute impunité. Vous venez de priver la composante noire majoritaire mauritanienne de ses documents d'état civil pour qu'elle ne vote pas « non » demain, montrant ainsi à la face du monde la négation de toute citoyenneté.
 La Mauritanie est en danger par vos seules exactions, par vos mesures dilatoires reconnues au plan international pour maintenir l'esclavage, par votre volonté d'ecxlure ses enfants de toute scolarité. 

Aujourd'hui l'opposition mauritanienne virtuelle à vos yeux reste la seule à promouvoir la Démocratie et l'Etat de droits. Et nous, opposition virtuelle internationale sommes bien là. A ses côtés. Et de manière non imaginaire et pour longtemps à ses côtés.

                                                                                           Jean-Marc Pelenc

                                                                          Président d'IRA France-Mauritanie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire