Translate

mercredi 6 mai 2015

Quand le général Aziz s’en prend à la presse internationale, Nicolas beau, l’association Sherpa et le député Noël Mamère payent la note des frais !



Quand le général Aziz s’en prend à la presse internationale, Nicolas beau, l’association Sherpa et le député Noël Mamère payent la note des frais !



Devant des journalistes sélectionnés à la loupe parmi  la presse locale, le putschiste général Aziz se déchaine sur la presse internationale,  la communauté internationale en générale dans un délire qui fait rire même le fauve pourfendeur. Quand on gouverne un pays avec du faux et usage de faux, le ridicule ne tuera guère nos faux incompétents généraux tapis sous l’ombre du terrorisme d’état.  Le journaliste Nicolas Beau  paye les frais en premier avec la sortie de son livre Papa Hollande au Mali dont je  suggère vivement la lecture au public pour découvrir la vérité, l’ONG Sherpa qui combat les crimes économiques des chefs d’états corrompus, en passant par le député Noël Mamère n’ont pas été aménagés non plus.



Quand on pille sauvagement sans répit les biens publics, on ne peut être l’ami de  Sherpa à fortiori des journalistes sérieux dans l’exercice de leur métier.  Sherpa est une association loi 1901 basée à Paris, qui a été créée en 2001 en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques, alors  on comprend pourquoi cette association devient subitement  la cible d’un soi-disant président des pauvres qui  appauvrit un peuple livré à lui-même sans défense.  De quoi a peur le putschiste Mauritanien ? Pourquoi le faux général est  irrité, excité comme un animal affamé dans une case ?  Décidément notre putschiste a peu d’amis honorables sur la gestion transparente des biens publics.



A propos de l’affaire dite Ghanagate, blanchiment de faux billets dollars Aziz répond : « J’ai été contacté ;  je le pense en 2005 par un arabe soi-disant d’Irak qui disait qu’il est avec ces parents au Ghana ; il dit rencontrer des problèmes au Ghana, il disait avoir beaucoup de dollars dans ces valises et il souhaite se rendre dans un pays musulman comme la Mauritanie ».



N’est ce pas une histoire rigolote en prenant l’opinion comme le dindon d’une farce publique ? Voila le dessous de l’affaire selon le général putschiste, pour lui  ainsi les escrocs passent partout dans le monde dira-t-il. Comment peut-on croire à des telles sottises publiques ? Si les escrocs l’ont contacté, bien évidement qu’on peut imaginer qu’il a des antécédents  notre général dans ces sales affaires. Nous ne sommes pas convaincus par ces délires publics.  





 Puis viendra la charge sur la presse internationale : « Vous êtes dans un état,   je le dis à vous les journalistes de ne jamais croire à ce que les journaux internationaux  écrivent loin du pays comme le cas de Mondafrique  dont  travaille le journaliste Nicolas beau qui suit la fondation Sherpa, Nicolas Beau a écrit un livre, il est venu ici envoyé par un homme d’affaire Mauritanien que vous connaissez tous ; le site Mondafrique est acheté, détenu à plus 60% par l’homme d’affaire Mauritanien qui l’a entouré de quelques journalistes Mauritaniens ici pour récolter des informations. Lorsque Nicolas Beau est venu en Mauritanie, les renseignements généraux «Moukhabarattes en hassanya » se sont jetés sur lui dès son premier jour sur le sol mauritanien, on lui a envoyé un courrier en disant s’il veut écrire un livre sur le Mali, c’est en or puis s’enchaine le rire moqueur… Il a écrit son livre Papa Hollande qui me critique sans me connaitre moi Aziz….blablablabla  s’en suit.. »



Évidement, le général  veut que les journalistes gavent l’opinion de sa propagande mensongère habituelle. Effectivement le livre de Nicolas Beau est un livre d’or désormais, qu’il le veut ou non, il est très bien rédigé, bien renseigné sur la base des témoignages solides  de certaines personnalités Mauritaniennes connues et reconnues. Il dénonce ce qui serait invisible par l’occident c’est à dire la corruption du régime, le pillage du pays, le népotisme, l’esclavage pratiqué à ciel ouvert, le racisme d’état etc... Il faut absolument se procurer de ce livre sous le titre Papa Hollande au Mali, à partir du chapitre 8 «  Main basse sur Nouakchott », page 157 jusqu’au page 196. Vous allez vous régaler tout en découvrant l’inimaginable en plein cœur d’Afrique. Vous saurez très vite pourquoi le putschiste de Nouakchott se sent morveux malgré qu’il refuse de se moucher.








Diko hanoune

Aucun commentaire:

Publier un commentaire